Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 J-M Quillardet - Délinquance et punition : un faux débat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: J-M Quillardet - Délinquance et punition : un faux débat   Mer 22 Aoû - 22:39

Délinquance et punition : un faux débat - Par Jean-Michel Quillardet, Avocat à la cour, grand maître du Grand Orient de France. - Article publié dans Le Figaro du 4 août 2007

Si l'on ne peut que partager l'objectif de tout gouvernement quant au respect de la paix publique, la répression des atteintes à l'ordre public et la résorption de la délinquance, nous pouvons, par contre, nous inquiéter d'une réorientation de l'ensemble de notre système judiciaire tendant à en bouleverser l'équilibre en le fondant uniquement sur la punition, thérapie soi-disant nécessaire à l'apaisement des peurs collectives.

Sous l'influence de la philosophie des Lumières, le système judiciaire français avait auparavant consacré le regard humaniste que l'institution judiciaire devait porter sur la société et à l'égard de ses déviants.

Quelles sont en effet les causes de la délinquance ?

Chacun le sait, il y a des causes qui tiennent à la nature humaine et qui ne peuvent être expliquées que par des psychiatres : il s'agit là de troubles graves de la liberté et de la volonté qui ne seront jamais extirpés par l'exemplarité de la répression puisque ces délinquances, pour la plupart sexuelles, sont chevillées au coeur d'un certain nombre d'hommes qui ne peuvent maîtriser leurs instincts et leurs pulsions.

Une autre cause est incontestablement sociétale : on ne s'interroge plus, aujourd'hui, sur cette inégalité constante et flagrante entre l'argent facile distribué à flot et ce faible pécule gagné à la sueur de son front.

Des millions d'euros gagnés sur un coup de Bourse, reçus tous les mois comme salaire parce que l'on dirige une entreprise ou que l'on est, souvent par le hasard de l'existence, une vedette de la télévision ou du cinéma et un smic, pas encore à 1 500 euros, que des millions d'hommes et de femmes s'évertuent tous les jours à gagner ! Quand une société met au coeur de la sociabilité la réussite par le fric, ne nous étonnons pas alors que certains pour réussir aillent jusqu'à l'acte délictueux. Certes, il faut combattre les mafias, les réseaux de trafic de stupéfiant, de la traite humaine et du proxénétisme et il faut les sanctionner. Mais cela ne constitue pas le lot commun de la délinquance qui encombre les chambres correctionnelles et les tribunaux de grande instance.

Il y a bien des causes sociales, des causes liées à l'intégration, liées aussi au fait que l'ascenseur social ne fonctionne plus et que progresser dans la société aujourd'hui est de plus en plus difficile.

Ce n'est pas en enfermant, en sanctionnant et en punissant que cette délinquance diminuera. Bien au contraire : chacun sait que la prison, notamment pour les jeunes, est criminogène et qu'elle enfermera un peu plus dans le cycle de la déviance sociale. Faire croire au public que la fermeté, la suppression de toute amnistie et de toute grâce, l'augmentation des peines planchers, la fin de l'excuse de minorité, auront un effet d'exemplarité et que la délinquance diminuera est totalement inexact et a uniquement pour but de faire accroire qu'il y a d'un côté, le bien et, de l'autre, le mal et qu'il ne convient pas de réparer le mal

mais de l'éloigner de la société bien pensante dans la nuit noire des prisons. Ce qui n'empêchera pas, bien évidemment, la délinquance d'augmenter.

Les humanistes ne peuvent que s'inquiéter d'une politique judiciaire qui répondrait d'abord à la volonté répressive de l'instinct populaire pour résoudre sa peur avant de répondre à la seule question, à notre sens, digne de l'humanisme : lutter contre la délinquance en répondant aux causes structurelles, fondamentales de cette délinquance.

L'individualisation des peines, l'humanisation des traitements, la prévention et les droits de la défense sont les fondamentaux du système judiciaire humaniste et républicain. Même contre l'opinion publique, il faut toujours les réaffirmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
J-M Quillardet - Délinquance et punition : un faux débat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Faux coupons, un site du PAM fermé à Pétionville
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» QUAND L'AGENT AGRICOLE ET LE FAUX INGENIEUR PIETINENT UN AGRONOME ETUN INGENIEUR
» Ma punition,ouin!!!
» Punition Naturelle [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Politique délirationnesque...ou même franchement abjecte...-
Sauter vers: