Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fatwa : cachez ce sein...et ces statues !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Fatwa : cachez ce sein...et ces statues !   Jeu 31 Mai - 18:55

Fatwa : cachez ce sein...et ces statues !

En Egypte, on doit téter le sein de sa collègue

Une fatwa obligeant à téter sa collègue de bureau pour pouvoir rester seul avec elle, fait scandale au Caire Ce n’est pas une blague. L’avis religieux a été rédigé par deux sommités de l’université d’Al-Azhar, le plus grand centre de théologie sunnite du monde.
En effet, l’islam interdit à une personne d’être seule dans une pièce avec une autre du sexe opposé, en dehors du mariage ou sans lien de parenté proche (soeur, frère, mère...).
Selon les deux théologiens, la femme pourrait désormais enlever son voile et être seule avec son collègue dans un bureau, à condition de l’avoir allaité à cinq reprises, en lui donnant "directement son sein", ont-ils tenu à préciser.
"En vous rendant dans une administration publique, vous ne devriez pas être surpris si vous tombez un jour sur un fonctionnaire de 50 ans en train de téter sa collègue", ironise le journal indépendant Al-Doustour.
Une théologienne d’Al-Azhar, a estimé qu’il était "insensé" de débattre d’un tel sujet. "C’est impoli", a-t-elle dit.
"Si le Mufti d’Al-Azhar, en personne, tenait les mêmes propos, il serait quelqu’un de non respectable et mériterait de se faire taper dessus", s’est, pour sa part, indignée Malika Youssef citée dimanche par le quotidien indépendant Al-Karama .
Selon Mabrouk Attia, un autre théologien d’Al-Azhar, apparemment plus réaliste, cette fatwa ne serait qu’une mauvaise interprétation d’un "cas particulier" du temps du prophète Mahomet.
Le prophète aurait en effet conseillé à une femme d’allaiter son fils adoptif, alors adulte, pour devenir ainsi sa mère de lait, après l’interdiction de l’adoption dans l’islam. Cette femme lui aurait donné à boire de son lait dans un bol et non directement de son sein, a-t-il précisé.
Après le soulèvement de protestations diverses, le destin de ce texte n’a pas été évoqué. Peut-être pourrait-il au moins alimenter le bêtisier de l’université ?
ON CONTINUE Smile
Une fatwa contre les statues égyptiennes
AFP repris par LCI
Se référant à un hadith du prophète Mahomet affirmant que les sculpteurs seraient tourmentés lors du Jugement, le mufti Ali Gomaa, l’une des plus hautes autorités religieuses d’Egypte a publié une fatwa considérant que "la fabrication de statues est proscrite et qu’il est donc interdit de les exposer dans les maisons".
Toute représentation humaine, et pas seulement celle des prophètes, est en effet interdite par les théologiens les plus traditionalistes de l’islam sunnite. Ils affirment que dès son retour à la Mecque après un exil (hijra, 622 après J.C.) de dix ans à Médine, Mahomet avait ordonné la destruction des statues érigées autour de la Kaaba.
"Digne des talibans"
Si les Frères musulmans le qualifient de "leurre" destiné à détourner les Egyptiens de leurs véritables préoccupations, les artistes estiment que l’avis religieux est une bombe à retardement, dont les dégâts pourraient toucher même l’archéologie pharaonique. "C’est une catastrophe !", déplore le romancier Gamal al-Ghitani. "Il ne serait désormais pas improbable que quelqu’un entre dans le temple de Karnak ou un autre temple pharaonique et le détruise". "C’est une fatwa digne des talibans et son auteur peut être considéré comme le mufti du terrorisme", ajoute-t-il.
Selon lui, de nombreux religieux progressistes, "comme Mohammad Abdou, ont considéré il y a plus d’un siècle que les statues et les images ne sont pas proscrites et que seule leur adoration l’est". Au début du siècle dernier, l’imam réformiste Mohammad Abdou a autorisé la représentation humaine par le dessin, la peinture et la sculpture. Se fondant sur les mêmes textes que ses prédécesseurs, il avait affirmé que l’interdiction de la représentation humaine était "caduque", la propagation de la foi islamique ayant rendu impossible le retour à l’adoration des statues, courante durant l’ère pré-islamique.
"Vers le Moyen Age"
"Il est très étonnant que cette fatwa ignore 15 siècles d’histoire et considère que l’humanité n’a pas changé depuis les premiers temps de l’islam", s’indigne pour sa part le réalisateur Dawoud Abdel Sayed. "C’est ce type de mentalité qui a conduit à la destruction par les talibans de statues bouddhistes", estime-t-il. "Verrait-on aujourd’hui quelqu’un adorer la statue de Gamal Abdel Nasser ?! (...) Cette statue rend hommage à un homme qui a eu un rôle important dans la vie politique en Egypte", poursuit Dawoud Abdel Sayed.
Pour le romancier Ezzat al-Qamhawi, une telle décision ne peut que repousser les musulmans vers le Moyen Age. Youssef Zidane, un responsable à la Bibliotheca Alexandrina, s’étonne que cette question soit même soulevée dans un pays où "plus de 10 institutions gouvernementales enseignent la sculpture". "Aucun artiste ne pense à imiter la création humaine. Il vise tout simplement la beauté et Dieu aime la beauté", note de son côté l’architecte Salah Masri.
ENCORE UNE !
Une fatwa tombe sur une ministre pakistanaise .
Une fatwa tombe sur une ministre pakistanaise
Jeremy Malvy/AFP
Nilofar Bakhtiar est montrée du doigt par les islamistes pour une accolade avec son instructeur de parachutisme.
Il y a trois semaines en France, Mme Nilofar Bakhtiar, ministre du Tourisme du Pakistan, a sauté en parachute et, après cette épreuve visant à lever des fonds pour les victimes du Cachemire, a donné, vêtue de sa combinaison, une accolade à son instructeur.
La photographie de cette scène, reproduite par la presse pakistanaise, est tombée entre les mains des intégristes de la Mosquée rouge d’Islamabad, qui, vendredi dernier, avaient annoncé la mise en place d’un tribunal islamique fondé sur la charia.
Ceux-ci ont lancé une fatwa contre le ministre, qui a posé de « manière obscène ». « Je n’ai absolument pas honte de ce que j’ai fait et je n’ai peur de personne sauf de Dieu », a répliqué Mme Bakhtiar. L’ONG française qui a eu l’idée de ce saut a créé un comité de soutien au ministre.
Le président pakistanais, Pervez Musharraf, qui avait vendredi dernier demandé aux islamistes de la Mosquée rouge de faire preuve « d’ouverture d’esprit », n’avait pas, hier, pris position sur leur fatwa.
MEME LE FOOTBALL !!!
Une fatwa sur le football
The New York Times a publié le 16/10/2005 l’article [2], contenant la traduction de certains passages d’une fatwa [1] publiée dans le quotidien saoudien Al Watan.
Sachant que la presse n’est pas libre en Arabie Saoudite et qu’il y a dans ce pays une police religieuse particulièrement vigilante, on peut considérer que la fatwa est approuvée par les autorités de ce pays, comme tout ce que publie Al Watan.
Ayant trouvé cette fatwa particulièrement surprenante pour un occidental, j’ai voulu la traduire en français pour la publier sur Internet.
Avant de le faire, j’ai pris soin de vérifier auprès d’un ami universitaire islamologue que le texte n’était pas choquant pour un musulman wahhabite [3] et que l’article du New York Times n’était pas un simple poisson d’avril.
Il ne faudrait pas cependant conclure du texte ci-dessous que toutes les fatwas sont comme celle-là, c’est-à-dire que toutes les décisions des oulémas sont aussi incompatibles avec le monde occidental et notre conception du bon sens !
Voici la traduction française des passages cités par The New York Times.
Au nom de Dieu miséricordieux et bienveillant :
1. Jouez au football sans délimiter le terrain par quatre lignes, car c’est là une règle internationale inventée par les hérétiques.
2. La terminologie internationale utilisée par les hérétiques et les polythéistes, avec ses expressions comme "faute", "penalty", "corner", goal", "sortie", etc. devrait être abandonnée et ces mots ne devraient jamais être prononcés. Quiconque les prononce devrait être puni, réprimandé et exclu de la partie. On devrait lui dire publiquement "Tu as imité les hérétiques et les polythéistes et c’est interdit."
3. Ne criez pas "faute" et n’arrêtez pas la partie si quelqu’un tombe et se foule un poignet ou une cheville, ou si la balle touche sa main, et ne donnez pas un carton jaune ou rouge à quiconque est responsable de la blessure ou du tacle. L’action doit être jugée selon les lois de la charia [4] qui régissent les fractures et les blessures. Le joueur blessé doit invoquer les droits que lui accorde la charia conformément au Coran, et vous devez témoigner en sa faveur que l’autre joueur lui a fait mal exprès.
4. Ne suivez pas les habitudes des hérétiques, des juifs, des chrétiens et particulièrement des Américains malfaisants concernant le nombre de joueurs. Ne jouez pas avec 11 joueurs, mais utilisez-en plus ou moins.
5. Jouez vêtus de vos vêtements habituels ou de vêtements qui leur ressemblent, mais pas avec des shorts colorés et des maillots portant un numéro, car les shorts et les maillots ne sont pas des vêtements musulmans. Ce sont des vêtements d’hérétiques et d’occidentaux, et prenez garde à ne pas imiter leur mode.
6. Si vous remplissez les conditions précédentes et que vous avez l’intention de jouer au football, jouez pour fortifier votre corps, pour le rendre plus apte au combat pour Dieu et pour le préparer aux luttes du jihad. Le football n’est pas pour passer le temps ou pour se réjouir d’une soi-disant victoire.
7. Ne limitez pas la durée du jeu à 45 minutes, qui est la durée officielle des juifs, des chrétiens et de tous les pays hérétiques et athées. C’est là la durée utilisée par les équipes qui se sont écartées de la voie droite. Vous devez vous distinguer des hérétiques et des corrompus et ne leur ressembler en rien.
8. Ne divisez pas une partie en deux mi-temps. Jouez plutôt en une mi-temps ou trois mi-temps, pour bien marquer votre différence avec les hérétiques, les polythéistes, les corrompus et les désobéissants.
9. Si aucune des deux équipes ne bat l’autre (ou "gagne", comme on dit) et qu’aucune ne met le ballon entre les poteaux, n’ajoutez pas du temps additionnel ou des tirs au but jusqu’à ce qu’une équipe gagne. Quittez plutôt le stade, car gagner grâce à du temps additionnel ou des tirs de penaltys constitue le summum de l’imitation des hérétiques et des règles internationales.
10. Au jeu de football ne nommez pas d’arbitre, car il n’y en a pas besoin lorsqu’on s’est débarrassé des règles internationales concernant les fautes, les penaltys, les corners, etc. Sa présence constituerait une imitation des hérétiques, des juifs et des chrétiens, et un respect des règles internationales.
11. Il ne devrait pas y avoir de spectateurs pour vous regarder jouer. Car si vous êtes là pour l’amour du sport et la fortification de votre corps comme vous le prétendez, pourquoi quelqu’un vous regarderait-il ? Vous devriez les inviter à se joindre à vous pour votre mise en forme et votre préparation au jihad, ou leur dire : - « Allez et faites du prosélytisme, faites la chasse aux actes moralement condamnables sur la place publique et dans la presse, et laissez nous à notre préparation physique. »
12. Lorsque vous avez fini de jouer au football, ne parlez pas de votre partie en disant « Nous avons été meilleurs que nos adversaires » ou « Untel joue bien », etc. Occupez-vous plutôt de vos corps, de leur force et de vos muscles, et dites « Nous n’avons fait que nous entraîner à courir, à attaquer et à battre en retraite, et à nous préparer au jihad au nom de Dieu. »
13. Vous devriez cracher au visage de quiconque met le ballon entre les poteaux, puis court trouver ses amis pour que ceux-ci le suivent et le prennent dans leurs bras, comme le font les joueurs en Amérique ou en France ; et vous devriez le punir et le réprimander, car quel rapport y a-t-il entre se réjouir ou s’embrasser et le sport que vous pratiquez ?
14. Vous devriez utiliser deux poteaux au lieu de trois barres de bois ou d’acier délimitant l’espace où il faut mettre le ballon, en enlevant la barre transversale pour ne pas imiter les hérétiques, et pour refuser complètement le despotisme des règles internationales du football.
15. Ne remplacez pas un joueur qui ne peut plus jouer par un autre, car c’est là une pratique des hérétiques d’Amérique et d’ailleurs.
Voilà les règles et principes que des jeunes gens de bonne moralité doivent suivre pour ne pas risquer d’imiter les hérétiques et polythéistes lorsqu’ils jouent au football. L’Enfer est promis à ceux qui meurent après avoir joué au football selon les règles des pays hérétiques, à la tête desquels il y a l’Amérique.
Texte de Geoff D. Porter, traduit de l’américain par Daniel MARTIN

Références
[1] Fatwa : c’est une interprétation de la loi Coranique émanant d’un ouléma, docteur de la foi musulmane qui a une autorité religieuse respectée. Cette interprétation constitue une décision de justice s’appliquant à la vie civile comme à la vie religieuse.
La fatwa est une sentence grave, que tout musulman doit respecter. En février 1989, l’ayatollah Komeyni ayant prononcé une fatwa condamnant à mort l’écrivain Salman Rushdie réfugié au Royaume-Uni, auteur des Versets sataniques, le gouvernement islamiste d’Iran s’y était associé. Mais le 24 septembre, ce gouvernement ayant changé d’avis et s’étant dissocié de cette fatwa, la Grande-Bretagne a repris des relations diplomatiques normales avec Téhéran. La fatwa, elle, ne pouvait être annulée.
Le 23/02/98, Ben Laden a publié une fatwa (voir http://www.mideastweb.org/osamabinladen2.htm) qui constitue une véritable déclaration de guerre sainte aux juifs et aux croisés, et tout particulièrement aux Américains et à leurs alliés. C’est une guerre mondiale, qui doit se dérouler partout. La déclaration étant une fatwa, la guerre doit être menée par tous les musulmans, qui doivent tuer des Américains et leurs alliés, civils et militaires.
Remarque : Ni Ben Laden, ni aucun des quatre autres signataires de cette déclaration de guerre sainte n’étant un docteur de la foi musulmane (ouléma), cette fatwa n’avait aucune valeur. Mais comme le titre d’ouléma ne résulte pas d’un examen officiel et que n’importe quel musulman ayant étudié le Coran peut s’autoproclamer ouléma si d’autres musulmans l’acceptent comme tel...
[2] Article "God Is in the Rules" publié par The New York Times le 16/10/2005 dans la page http://www.nytimes.com/2005/10/16/opinion/16porter.html ?th&emc=th
[3] Le wahhabisme est la doctrine religieuse fondamentaliste à la base de l’islamisme sunnite. Elle a été fondée par Ibn ’Abd al-Wahhab (1703-1792), qui condamnait les "innovations blâmables" en matière de religion comme le chiisme. Ce fondamentalisme proscrit des actes anodins comme le tabac et l’usage du chapelet, écouter de la musique, faire du théâtre ou de la poésie. Il préconise aussi le refus - ou au moins la méfiance - à l’égard de tout ce qui n’a pas été mentionné par le Prophète il y a 1300 ans : le téléphone (pourtant utilisé par Ben Laden), l’automobile, les satellites de télévision...
Pour plus de détails voir le paragraphe « Du wahhabisme aux islamistes, dont les Talibans ».
[4] Le code des lois coraniques (appelé charia) régit toutes les situations de la vie courante : rapports entre hommes et entre hommes et femmes, entre enfants et parents, commerce, procès, guerres, etc.
Pour un wahhabite comme Ben Laden, seul Dieu peut faire des lois. Il est donc interdit aux hommes d’en faire, car ils se considéreraient alors comme égaux à Dieu, commettant ainsi un péché mortel.
SI NOS LECTEURS ET LECTRICES ONT DES EXEMPLES SUPPLEMENTAIRES, PARTAGEZ LES EN REPONSE A CE TEXTE.
FAUT IL EN RIRE OU EN PLEURER...

HdM

mardi 22 mai 2007.
http://www.histoiresdememoire.org/spip.php?article484
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fatwa : cachez ce sein...et ces statues !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Statues d'Indiens
» Pourquoi la discrimination au sein de la presse haitienne?
» Quel est le role d'un presume bandit au sein de la CND?
» 03.Au sein de chaque monstre se cache un coeur
» Suspicion au sein de l'île ~ L'arrivée d'une Cipher Pol {Shaï} [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: A propos d'obscurantismes...-
Sauter vers: