Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Frontières, murs infâmes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Frontières, murs infâmes...   Jeu 22 Mar - 15:06

Monde libertaire – semaine du 22 mars 07 –
Deux articles sur l’immigration :


« Nous sommes tous des immigrés,il n'y a que le lieu de naissance qui change.»
Anonyme



*** L'éditorial de la semaine

Prôner l'abolition des frontières, cela semble « utopique » pour bien des gens. Si
vous lisez ce journal, alors sûrement rejoignez-vous les anarchistes dans ce combat
contre les nationalismes et pour le respect de
la dignité humaine. Cette lutte, surtout quand il s'agit d'immigration, est bien
loin d'être gagnée.

Le ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration que nous propose Nicolas
Sarkozy, s'il est élu, est loin de nous réjouir.

Être français. ce n'est qu'une question de circonstances. De même que nous n'avons
jamais signé le contrat social qui nous fut imposé dès notre naissance, nous
n'avons jamais décidé de notre nationalité, celle enregistrée à l'état civil.
Certains ont, à la rigueur, eu à choisir entre la peste et le choléra en fuyant
leur pays d'origine. Personne ne s'est encore installé sur un paradis terrestre,
tout simplement parce qu'il n'existe pas, ni ici, ni ailleurs, ni « au-delà ».

Mais ne diabolisons pas l'actuel ministre de l'Intérieur et candidat à la
présidence de la République, ses concurrents ne valent pas mieux. Derrière leurs
discours les plus hostiles (c'est un euphémisme, bien sûr) et les plus humanistes
(c'est une hyperbole, bien entendu) au sujet des immigrés et des futurs immigrants,
se cachent toujours les frontières fermées, ou prêtes à leur claquer au nez.
Vouloir régulariser les sans-papiers est une chose. Abolir les lois xénophobes qui
permettent la chasse aux immigrés et justifient le contrôle à répétition de ceux
qui ne sont pas blanc de peau en est une autre.

Quant à abolir les frontières, ce n'est pas « au programme ». De toute façon, ce
dernier n'engage en rien celui qui le propose.

« On ne peut accueillir toute la misère du monde », nous dit-on. Pourtant, les plus
nécessiteux de la Grèce et du Portugal ne se sont pas rués en Scandinavie malgré
une relative liberté de circulation permise en Union
européenne. L'immigré ne vient pas prendre le pain de la bouche des Français, il
vient participer à la production, c'est tout.

Qui plus est, s'il est sans papiers, il le fera « à la sueur de son front »,
constamment sous la pression du « négrier », de la police qui passe, de l'éventuel
délateur qui le regarde du coin de l'oeil.

Pour faire croire qu'ils n'appliqueront pas de simples lois xénophobes (car elles
discriminent l'individu en fonction de son origine), les candidats, toutes
tendances politiques confondues, plaident pour un «
co-développement ». Mais nous avons compris le sous-entendu, tout sera fait en sorte
que les étrangers ne viennent pas chez vous. Par conséquent, leur combat n'est pas
le nôtre.

Personne n'est illégal !


*** Et un article de Maurice Rajsfus

Quelle identité nationale ?

Depuis quelques années, il est devenu évident qu'avec Nicolas Sarkozy Le Pen est
devenu inutile. La tendance s'accélère. Dans ses discours prononcés ces dernières
semaines, l'hôte de la place Beauvau a annoncé son intention, dès son élection, de
créer un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. Rien que cela !

Comme le chef du Front national, Nicolas Sarkozy a compris tout l'intérêt qu'il y
avait à chatouiller la fibre nationale de la France profonde. Cette identité
nationale, hautement proclamée, a des relents xénophobes
qui prennent leurs racines dans l'Action française de Charles Maurras, tout comme
chez les Croix-de-Feu du colonel de La Roque. Plus grave encore, cette identité
nationale, qui paraît aller de soi, nous renvoie à
la tentation raciste née de l'affaire Dreyfus, à la fin du XIXe siècle.

Ces évocations sont-elles excessives ? Il ne semble pas. En effet, dès lors que
l'on met le doigt dans l'engrenage de la marginalisation et de l'exclusion, il n'y
a plus guère de limites car les supporters de la
politique du rejet arrivent en nombre à la rescousse. Il est bien connu que les
pervers s'estimant soutenus ne cessent de multiplier les lois restrictives et les
vexations diverses.

Bien sûr, il n'est pas question, ici, de faire le moindre amalgame, mais il y a des
similitudes qui ne peuvent manquer de faire réfléchir. Depuis le début de la
campagne pour l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy ne
cesse de parler d'immigration choisie.

Cela ne peut que nous renvoyer à cette loi de Philippe Pétain, du 27 septembre
1940, sur les « étrangers en surnombre dans l'économie française ». Rapidement,
plusieurs dizaines de milliers d'étrangers allaient se
retrouver dans des Groupes de travailleurs étrangers (GTE) et enfermés dans des
camps. Cette loi précédait de quelques jours la publication du statut des Juifs de
France, le 3 octobre 1940.

Fort heureusement, rien de semblable de nos jours. On n'enferme plus massivement,
on expulse (environ 25 000 expulsions en 2006). On n'inquiète plus les Juifs mais
on s'intéresse plutôt aux Arabes, que l'on diabolise
en les désignant comme musulmans. Il n'y a plus de camps de concentration (nous
sommes en démocratie) mais des centres de rétention administrative, d'où l'on
expulse systématiquement.

Pourtant, comme au temps des années noires de l'occupation nazie et du régime de
Vichy, il y a des rafles ponctuelles dans certains quartiers de Paris, mais cela ne
concerne que des Noirs. De même, les policiers de la République n'hésitent jamais à
arrêter des femmes et des enfants - sans doute au nom du regroupement familial.

Nicolas Sarkozy nous explique que l'on n'accueillera plus, au pays des droits de
l'homme, que des étrangers connaissant déjà notre langue et nos coutumes. À ce
niveau de réflexion, mon père n'aurait jamais été admis en France, en 1923, et pas
davantage ma mère, en 1924. C'était l'époque où les Polonais arrivaient par
dizaines de milliers pour extraire le charbon des bassins miniers, qui
connaissaient un déficit de mineurs français, et qu'un nombre aussi important
d'Italiens commençaient à travailler dans la sidérurgie lorraine. L'économie
française ne devait pas se plaindre de cet afflux de travailleurs étrangers.

Revenons au régime de Vichy. Dès l'automne 1940 était mise en place une politique
de dénaturalisation. Le 7 octobre 1940, le gouvernement Laval abrogeait le décret
Crémieux du 24 octobre 1870 qui avait attribué la
citoyenneté française aux juifs d'Algérie. Rapidement allaient être dénaturalisés
les juifs d'Europe centrale qui avaient acquis la nationalité française après 1936.
Rien de tel à envisager de nos jours, mais il convient de se poser la question.

Maurice Rajsfus



Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à
l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi dans vos kiosques, 24 pages d'actualité vue en couleurs par les
anarchistes pour deux euros


[ expéditeur/expéditrice <relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org> ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolet satan
champipi foutrement mécréant!
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 62
Localisation : Waremme, belgitude
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Re: Frontières, murs infâmes...   Jeu 22 Mar - 18:23

Yep je diffuse Véro...

_________________
L'anarchie est la forme la plus élevée de l'ordre (Elisée Reclus)
...car c'est l'ordre sans le pouvoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dynamicbb.forumculture.net
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Frontières, murs infâmes...   Ven 23 Mar - 14:46

Hello mon Bolet! bisous,
Véro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frontières, murs infâmes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frontières, murs infâmes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» Texture des murs
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Mets moi un flingue sur la tempe, et décore les murs avec ma cervelle... (Destinée et Rich)
» Fermetures des frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Politique délirationnesque...ou même franchement abjecte...-
Sauter vers: