Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ecologie soluble dans les élections?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Ecologie soluble dans les élections?   Dim 17 Déc - 13:39

L’écologie est-elle soluble dans les élections ?



Le bilan écologique, tant dans les pays industrialisés, que dans les pays
pauvres, s'avère particulièrement mal en point. Il semble y avoir accord
unanime sur cette question. C'est la résolution du problème qui soulève
des divergences profondes et c'est un euphémisme.
L'effet de serre s'affirme de plus en plus, les ressources en eau et en
énergies fossiles s'épuisent, la fertilité des sols diminue sous l'effet
des produits chimiques. conjugués à cela, s'ajoute l'augmentation de la
population mondiale. Il y a comme une impasse !

Le risque de la barbarie



Le capitalisme, système mondialisé, pour pouvoir survivre, se contraint à
produire toujours plus.et donc à accroître les problèmes. Ses partisans,
les libéraux de tous bords, des plus durs aux plus flexibles, qui ne
peuvent se résoudre au partage des richesses, vont pourtant avoir à sortir
de ce cul-de-sac. L'innovation technologique est une fuite en avant qui ne
pourra au mieux que décaler à brève échéance le problème. La décroissance,
c'est-à-dire la réduction de la consommation d'énergies fossiles, d'eau et
de matières premières, n'est ainsi pas une question idéologique mais une
nécessité. Sur quels facteurs vont-ils agir : imposer des quotas à la
population (ex : droit de se chauffer l'hiver a minima) ? Limiter l'accès
à l'eau potable ? Souiller des régions entières par des déchets
industriels ? Entretenir des foyers de guerre pour limiter le nombre
d'individus ? . étant entendu, que les classes dirigeantes ne remettront
pas en cause leur propre niveau de vie, car elles, selon leurs critères,
elles le méritent ! . Plusieurs scénarios sont possibles qu'on peut
réduire à un mot : l'éco-fascisme !

Des atouts de la simplicité volontaire.

Un autre courant de pensée, avec lequel nous avons des affinités, met en
avant la simplicité volontaire. Effectivement, les anarchistes ont
toujours été sensibles à l'action individuelle. " La propagande par le
fait " aujourd'hui, c'est, entre autres, consommer différemment. Même si
ce n'est pas toujours possible, il s'agit de privilégier l'alimentation
biologique et végétale, les producteurs locaux, la circulation en
transport en commun ou à vélo, la pratique du compost à partir des
déchets alimentaires, ce qui permet d'alléger de 30 % les poubelles des
foyers et favorise le tri des autres déchets pour leur recyclage éventuel.
Il existe mille et un autres trucs pour réduire son impact écologique.
Pour cela, il n'est point besoin d'attendre que la ou le bon-ne candidat-e
soit élu-e ! C'est aussi tenir une certaine cohérence avec un discours
écologiste. Faire des choix dans sa consommation revient ainsi à pratiquer
le boycott, qui, on l'oublie trop souvent, est une arme préconisée par le
syndicalisme révolutionnaire, aux côtés du sabotage et surtout de la grève
générale. Et selon le principe des petits ruisseaux faisant les grandes
rivières, l'accumulation de ces changements individuels, si elle témoigne
d'une évolution culturelle de la population, aura un certain poids économique..


à ses limites. Mais, il ne s'agit pas de se leurrer non plus sur la portée de cet

impact, de cet engagement. Les secteurs parmi les plus dévoreurs d'énergie

et les plus polluants sont l'agriculture industrielle, le complexe militaro
industriel, les transports et chacun d'entre nous est isolé face à cela :
que peut-on faire face à la cherté du train par exemple ? Sa gratuité,
donc une autre répartition des coûts, implique des décisions collectives,
politiques. Que ce soit la question de l'énergie, des pratiques agricoles,
c'est bien toute l'organisation sociale qui est à repenser.

Pour cela, faut-il s'emparer des rênes de l'Etat ? Faut-il siéger au
Parlement pour prendre les bonnes lois ? Beaucoup de progressistes y ont
cru et y croient encore. L'Histoire de la social-démocratie au pouvoir est
pourtant révélatrice : il n'y a pas eu de changements dans les rapports
sociaux. Les fameux " acquis " ont été conquis de hautes luttes, par la
grève et la manifestation, face à des gouvernements de droite ou de
gauche, et non concédés par des gentils ministres soucieux des classes
populaires.

Ils rêvaient de changer le système, c'est le système qui les a changés



Les écologistes au pouvoir ont fait comme les socialistes : ils rêvaient
de changer le système de l'intérieur, c'est le système qui les a changés.
Les socialistes de tous pays se sont réconciliés avec l'entreprise,
c'est-à-dire avec le capitalisme. Une ministre Verte (Voynet) a pu aller
jusqu'à signer un décret d'enfouissement de déchets radioactifs entre
autres compromissions. Faut-il s'en étonner ? Pouvait-elle faire autrement
? Certes, la solidarité gouvernementale et donc l'abandon de sa
particularité " écologiste " faisait loi. Mais, si on se livre à une
réflexion sur ce que ce sont réellement les institutions de la démocratie
parlementaire bourgeoise, et non sur ce qu'elles prétendent être, on
s'aperçoit qu'elles sont au service des intérêts du monde de l'économie :
légalisation des extensions d'élevages intensifs pourtant hors normes,
budgets de recherche, développement des services publics après guerre
quand les entreprises étaient trop faibles pour avoir leurs propres
infrastructures, privatisation et bradage des secteurs rentables de ces
mêmes services publics maintenant que l'intérêt privé capitaliste dispose
des moyens pour prendre le relais. Quand on est au gouvernement ou au
Parlement : comment modifier les pratiques agricoles face aux lobbies ?
Comment démanteler le complexe militaro industriel ? Comment
recollectiviser la gestion de l'eau et des déchets ? Comment revoir la
politique des transports face aux pétroliers et aux constructeurs
automobiles ? Comment rénover les logements face aux propriétaires privés
? Ainsi, le projet de Loi sur l'eau de la ministre de l'écologie,
Dominique Voynet, pourtant ambitieux à son origine, s'est littéralement
asséché après le moulinage des lobbies et le recadrage des parlementaires
et ministres de l'Ecologie successifs.

L'écueil est patent et conforme à la constitution des institutions en
milieu capitaliste.


Y croire encore ?

Il se trouve qu'une partie de la gauche de la gauche, écologiste engagée,
n'est pas loin de partager cette analyse. Pourtant, cette mouvance
s'évertue à vouloir présenter un-e candidat-e, beaucoup sans illusions
certes, mais au motif de faire connaître les idées antilibérales et de
décroissance en utilisant les outils du système. Or, une campagne
électorale, spécialement présidentielle, outre qu'elle sollicite la
signature de 500 élus locaux, coûte très cher. Pour espérer rentrer dans
ses frais, il importe de recueillir au minimum 5 % des voix. Donc,
il faut que les gens qui y croient votent pour ce ou cette candidat-e anti
système, en quelque sorte légitiment le système de la délégation de
pouvoir sans contrôle et le passage dans les mass-médias officiels comme
lieux de débats sincères : soutenir le système alors qu'on est
anti-système ? N'est-ce pas un peu schizophrène ? De deux choses, l'une :
ou les institutions capitalistes sont vérolées et donc à détruire ou elles
sont acceptables ? Soit l'on accepte ses règles et on attend son tour,
soit on dénonce sans relâche l'illusion de changer les choses par la voie
électorale. Laquelle voie, avec toute l'énergie dépensée à présenter un ou
une candidat-e, à être comme les autres, contredit le discours sur
l'action directe, extra parlementaire, et risque d'encourager au contraire
à l'attente du sauveur, à la résignation et à l'apathie.

Alors, on fait quoi ?

Aussi, le combat à mener est, selon nous, double :



Il s'agit d'abord d'un combat culturel : changer les mentalités et les
pratiques par l'exemple et l'information juste, au sein de la population,
sans élitisme.

Ensuite, y a-t-il une autre voie que reprendre en main l'économie :
c'est-à-dire en finir avec la propriété privée des moyens de production et
de distribution ? C'est seulement si l'outil de production est aux mains
de la population, s'il est autogéré, débarrassé de la logique de profit,
que le circuit économique pourra prendre en compte les facteurs
écologistes, être relocalisé, car tel sera l'intérêt des individus. Pour
en arriver là, il faut susciter le désir du changement auprès de la classe
laborieuse ou qui chôme car elle est la plus nombreuse, en finir avec
l'aliénation à la marchandise dernier cri. Seuls, l'action directe des
individus (comme le fauchage volontaire de champs d'OGM ou la grève.),
leur coordination par le biais du mandatement révocable, le refus des
privilèges, l'impossibilité de l'enrichissement personnel par accumulation
de biens, sont à même de nous faire sortir de l'impasse écologique et
sociale dans laquelle l'Etat, le capitalisme et la facilité nous ont mis.
C'est d'un changement de civilisation dont nous avons besoin, la
réappropriation de la chose publique, de la politique par les individus
eux-mêmes, c'est-à-dire une nouvelle éthique d'organisation. Le refus de
la délégation sans contrôle, sans débats initiaux, donc l'abstention aux


élections parlementaires et étatiques sont un pas. Il n'est pas
négligeable de priver les acteurs et actrices du système de la légitimité
dans laquelle ils/elles se drapent, grâce à nos voix. Et si l'on veut que
les individus puissent réellement choisir et agir, l'égalité économique et
sociale est incontournable. L'égalité sociale c'est reconnaître à chaque
individu, quelque soit son origine ou son sexe, qu'il/elle soit apprenti-e
ou ingénieur-e, aide-soignant-e ou chirurgien par exemple, le même droit
aux richesses sociales et à la prise de décision pour ce qui les concerne.
Il faut briser la hiérarchie du métier, constitutive aussi des classes
sociales. Il faut s'affranchir des préjugés de classe et revoir
l'éducation, y compris de soi-même, à la responsabilité écologique et
sociale. Cela implique la transparence dans les informations, d'avoir du
temps pour étudier les problèmes et en discuter. C'est une révolution dans
le travail qu'il faut : quoi produire ? Quel impact social (quantité et
pénibilité du travail nécessaire.) et écologique il en résulte (ressources
consommées, pollution générée.) ? Pour ne pas être refusée massivement et
pour espérer réussir, la décroissance ne peut être qu'associée au partage
des richesses et des décisions.

Croissez et multipliez ?

Pour 2050, la population est estimée à 9 milliards d'individus !
50 % de plus qu'aujourd'hui ! La question démographique demeure
taboue mais il faudra visiblement rompre avec les politiques
pro-natalistes, donc s'affranchir des préjugés religieux et patriotiques.
La belle formule de " la maternité consciente " revendiquée par les
féministes trouve une alliée de choix avec la décroissance. Pour
différentes raisons, nous sommes même plusieurs à aller jusqu'à pratiquer
l'abstention. d'enfanter, à ne pas confondre avec l'abstinence !



Le pari libertaire

La tâche, pour immense et complexe qu'elle paraisse, est incontournable et
incompatible avec simplement un changement de personnel au gouvernement.
Mais elle est aussi stimulante. Que les humains soient capables de
s'autogouverner, tel est le pari libertaire : un pari sur la responsabilité.
Alors l'écologie est-elle soluble dans les élections ?

Je crois que ce qui précède en a fait le procès. Si l'on veut rompre avec
les pratiques actuelles, commençons par ne plus signer de chèque en blanc
à un quelconque individu, à lui confier du pouvoir, car il en abusera. Le
problème n'est pas que tel ou telle soit aux manettes du char de l'Etat,
car c'est d'un véhicule propre, autogéré et pacifique dont l'Humanité a
besoin. L'Etat à terre : place à la libre association des individus, des
communes et des régions, c'est-à-dire à la liberté ; et, simultanément,
place au véritable socialisme, à chacun-e selon ses besoins, c'est-à-dire
à l'égalité et à l'entraide. Pourquoi jouer à faire des ronds dans la
piscine électorale, alors qu'il y a la mer à côté ?

Stef@ Groupe Jes Futuro de la Fédération anarchiste – Lorient




Vous pouvez télécharger le 4 pages au format .pdf (281ko)sur le lien suivant :
http://public.federation-anarchiste.org/IMG/pdf/FA_antielec_bass_def.pdf

Vous pouvez avoir accès aux textes du tract sur le lien suivant :
http://public.federation-anarchiste.org/rubrique.php3?id_rubrique=63
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ecologie soluble dans les élections?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Enjeux et défis des prochaines élections indirectes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Politique délirationnesque...ou même franchement abjecte...-
Sauter vers: