Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Informations sur oaxaca....suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
éTOc

avatar

Nombre de messages : 113
Localisation : Ilien
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Informations sur oaxaca....suite   Jeu 23 Nov - 11:03

actualités alternatives
http://mexico.indymedia.org/tiki-index.php?page=ImcMexico

actualités alternatives
http://chiapas.indymedia.org/

films images
http://www.asambleapopulardeoaxaca.com/

films
http://www.youtube.com/watch?v=yqolb4X5vlA&eurl=

centre de medias libres mexico
http://vientos.info/cml/

ici de belles photos
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=72950#commentaires

OAXACA : Une nuit à Cinco Senores...
12 Novembre. Le croisement de "Cinco Senores" brille comme un champ de bataille, et de fait c'en est un. Celui-ci a été un des points où l'affrontement avec la Police Fédérale Préventive (PFP) a été le plus virulent. Aujourd'hui il continue à être un point chaud, les tirs des paramilitaires y sont choses courantes. A l'intérieur de l'APPO c'est aussi devenu un thème gênant. En effet il avait été décidé de rendre le carrefour comme mesure d'apaisement. Cependant ses défenseurs s'y opposent.

Bien qu'on la connaisse sous le nom de la barricade "Cinco Senores", il s'agit en fait de diverses barricades sur un carrefour à seulement une centaine de mètres du Campus Universitaire de l'UABJO (Ndt :Université Autonome Benito Juarez d'Oaxaca). Ces barricades sont constituées de plusieurs bus mis en travers des avenues qui y convergent. Certains sont couverts de graffitis, d'autres sont complètement brûlés, squelettes muets des combats du jour des morts. Autour du rond-point se trouve "l'armement" pour la défense : des boîtes et des boîtes de soda, prêtes à être remplies et converties en cocktails Molotov, une table de matériaux pour faire des pétards, des morceaux de métal, des caddies remplis de pierres. Les "bazuqueros" exhibent leurs légendaires armes, des tubes de PVC qui leur permettent de lancer les "fusées" (cohetones) qu'ils portent sur le dos dans leurs musettes. Cette nuit, plusieurs bus de la caravane de Mexico et quelques personnes, la majorité des jeunes de l'université, sont venus renforcer la défense de cette barricade. Rapidement on leur apprend comment utiliser les pétards et les cocktails molotovs. Incrédules, ils tiennent les bouteilles graisseuses à la main les regardants avec des grands yeux. Puis après viennent les instructions sur ce que l'on doit faire lorsqu'on leur tire dessus avec une arme à feu, comment réagir en cas d'urgence. Il est très clair que cela n'est pas un jeu pour ceux qui gardent le rond-point.

L'APPO avait décidé de donner cette position, en signe d'apaisement. Cependant, au début, les personnes de la barricade n'avaient pas été consultées. Cette position est importante pour deux raisons. Avec la barricade de Soriana, elle s'est convertie en une icône de la résistance de Oaxaca. En effet c'est ici qu'avec des pierres, des fusées et des molotovs, les défenseurs du campus universitaire ont contenu l'attaque de la PFP, obligeant cette dernière à se replier après 7 heures de combats. L'importance de ce site n'est pas seulement stratégique, elle est aussi fortement symbolique. Réunis en assemblée, les participants de cette barricade ont décidé de ne pas la laisser. Cette décision est aussi due au coût élevé de sa défense. Les morts, les blessés, les séquestrés à cet endroit de la périphérie de l'université sont autant de motifs pour la garder.

"Vous savez déjà que cette barricade est la barricade de la mort". Les visiteurs approuvent de la tête. Les compañeros ne blaguent pas. Les sicaires les ont constamment attaqués avec des fusils AK-47 et R-15. Ils circulent en camionnettes blanches ou rouges. À d'autres occasions, ils sont arrivés en taxis. A approximativement 1 kilomètre se trouve le parc de l'Amour, où la PFP a établi un campement. Cependant ils n'ont rien fait pour arrêter les incursions des sicaires. Au contraire la proximité de la PFP est un motif de préoccupation. Au parc de l'Amour plusieurs personnes ont été détenues et transportées en hélicoptère vers des camps militaires. Certains de ceux qui défendent "Cinco Senores" sont des étudiants de l'université. Mais d'autres sont des enfants des rues. Avant l'incursion de la PFP "ils habitaient" ce croisement. Aujourd'hui ce sont ses plus féroces défenseurs. La barricade de Soriana est composée d'étudiants et de la "bande okupa"(des jeunes qui avaient décidé d'occuper un ancien commissariat de police). Ils ont tous participé aux affrontements du 2 juin. Nous sommes en train de parler de la jeunesse d'un des Etats les plus pauvres du pays, à laquelle se joignent les dépossédés, ceux qui n'ont plus rien à perdre et tout à gagner. En dessous de leurs masques improvisés on devine leur jeunesse, certains sont presque des enfants. Toutes les nuits, ils risquent de recevoir une rafale de mitraillette et pourtant ils ne doutent pas lorsqu'ils sortent de la barricade quand une voiture suspecte approche. Ils crient pour que le conducteur s'arrête et éteigne ses phares. S'il n'obtempère pas, un molotov ou un pétard explose à coté du véhicule en signe d'avertissement.

La nuit suit son cours entre soubresauts et fausses alarmes. La majorité sont des conducteurs perdus ou ivres qui rentrent chez eux. Au fond de la barricade il y a une cuisine improvisée avec du café et de la nourriture. C'est par là que se trouve la "Doctora", une des voix de Radio Universidad. Mais en ce moment, elle accomplit son premier devoir au poste de secours. Un des moments les plus tendus fut lorsqu'une voiture blanche sans plaque n'a pas obéi aux ordres d'éteindre ses phares et de s'arrêter. Elle a reçu une pluie de projectiles, certaines pierres l'atteignirent et elle fut arrêtée alors qu'elle prenait la fuite. En fait il s'agissait de personnes alcoolisées. Elles ont été contrôlées et ils les ont laissées partir. Malgré la fermeté et la combativité de ces gardiens, aussi impressionnants qu'ils puissent être, cette situation m'a paru totalement suicidaire. Les dernières attaques ont été faites avec des armes de longues portées. Quelles chances aurait ce groupe armé de pétards et de bouteilles contre un groupes de camionnettes remplis de sicaires armés de "Kalachnikov" ?

Personne ne dort : l'alerte est constante. A la moindre alarme, tout le monde court, les bazuqueros devant, derrière eux d'autres avec des molotovs et des pertards, beaucoup de cris, il ne se passe rien, ils reviennent à leurs positions jusqu'à ce qu'il y ait une autre voiture suspecte ou des personnes qui ne s'identifient pas et de nouveau le vacarme, une fois puis une autre, c'est ainsi qu'arrive le matin et que la ville de Oaxaca commence à se réveiller, si du moins elle a pu dormir. Cette nuit a été tranquille. "On a seulement entendu des tirs du côté de Soriana, mais rien d'autre" me commente un compañero, la radio à la main. La discussion sur le fait rendre ou non cette barricade reflète les différences entre deux formes de faire de la politique qui confluent au sein de l'APPO, celle des leaders et de la "direction" et celle de l'horizontalité. Dans l'APPO il y a plus de 380 regroupements politiques qui, lors des 10, 11 et 12 novembre, ont cherché à consolider une organisation permanente. Créés au départ par les instituteurs sur le zocalo (place centrale), puis par des voisins en de nombreux points de la ville, les barricades sont devenues un symbole de résistance, de lutte, d'organisation, de camaraderie. Ils sont nombreux ceux qui ne veulent pas les démanteler, pour ces motifs, et bien sûr aussi pour des motifs de sécurité. "La caravane de la Mort" continue son action impunément, sans que rien ne lui coupe la route. La ville vit dans l'insécurité, les activistes et les voisins solidaires vivent sous de constantes menaces, ils sont suivis, et les disparitions continuent. Dans les rues où les barricades ont été retirées, les habitants ont été harcelés et ont été menacés. "Cinco Senores" est la barricade la plus radicale, mais aussi une des plus héroïque, on y voit sur des bus tagués une pancarte où l'on peut lire : " LA BARRICADE NE SE VEND PAS, NI NE SE NEGOCIE".

Traduit par Mik.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éTOc

avatar

Nombre de messages : 113
Localisation : Ilien
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: OAXACA-MEXIQUE La police attaque la manifestation pacifique   Jeu 23 Nov - 11:04

OAXACA-MEXIQUE La police attaque la manifestation pacifique

12H20-16H30 MX (19H20-23H30 FR) (la place/l'esplanade Santo Domingo est là où se trouve le campement de l'APPO - Assemblée Populaire des Peuples d'Oaxaca)

12H20 la mobilisation commence à Oaxaca

12H23 Radio Universidad raporte, que des véhicule sont en train d'être enlevés à la barricade de "5 senores", en profitant que les gens se soient absentés pour aller à la manifestation.

12H27 un appel est lancé à tous les voisins de la barricade de 5 señores, pour aller appuyer la barricade.

12H40 le problème à la barricade de 5 señores est résolu. La manifestation continue vers le centre historique d'Oaxaca

12H58 Certaines caravanes motorisées provenant des 7 régions commencent à arriver à la ville d'Oaxaca. La caravane qui venait de Tuxtepec a eut un accident, en effet la route est bloquée par des troncs. 100 compañeros n'ont pu arrivé à cause de cet accident.

13H23 Hier s'est créé l'Assemblée Populaire des Peuples Indiens Zapotec, Mixe et Chinantec.

13H30 Il y a un blessé dans la marche à Oaxaca, Il y a un affrontement directe dans la ville de Oaxaca avec la Police Federale Préventive (PFP) qui lance des gaz lacrymogènes contre les gens qui marchaient pacifiquement

13H30 Dans les rue du centre historique il y a en ce moment un affrontement directe avec la PFP , qui lance des gaz lacrymogènes et agresse la manifestation. Dans la rue Macedonio Alcala une compañera raporte qu'ils lancent des lacrymos.

13H32 La manifestation est face au zocalo (place centrale), la reporter touse à cause des lacrymo.

13H32 un mineur est blessé, on vient de l'emmener au centre médical.

13H33 ils sont en train d'arrêter des professeurs à coté du zocalo de Oaxaca

13H38 La PFP utilisent les véhicules anti-émeutes contre les manifestants.

13H41 La PFP est entrée dans l'édifice centrale du batiment de la faculté de droit et sciences sociales.

13H43 Au niveau la zone touristique piétone, la PFP est en train d'agresser les manifestants.

13H45 il est demandé aux différents contingeants de se rassembler place Santo Domingo.

13H45 Dans la rue du 5 mai ils continuent à lancer des lacrymo contre les manifestants.

13H46 La PFP agresse aussi la presse international, nationale et locale.

13H50 Les attaques aux gaz lacrymos continuent ; les gaz arrivent jusqu'a Santo Domingo et à l'hopital Molina où il y a des patients.

13H52 la PFP monte sur les toits de la faculté de droit pour agresser les manifestants à partir de là

13H54 On raporte qu'il y a des blessés dans les manifestations

13H56 on appelle à renforcer Santo Domingo et la barricade 5 señores

13H57 A santa lucía del camino la PFP se réorganise.

14H03 à l'école Abraham Castellanos des enfants ne peuvent plus respirer à cause des gaz

14H15 Les gens qui se trouve à Santo Domingo mettent en place des files barbelés pour empêcher la PFP de passer

14H17 la PFP est en train d"avancer vers Santo Domingo. Il y a des enfants qui allaient à l'école qui pleurent. Ils tirent les grenades lacrymos directement sur les gens.

14H20 lorsque la marche est arrivé au zocalo, les premiéres grenades lacrymogènes ont été lancées depuis les toits de "La de Bambi", de Bancomer et du Restaurant Catedral.

14H21 A la hauteur de l'église de Santo Domingo, ils ont lancé des gaz lacrymo, il y a des blessés de tout les ages, et des personnes qui ne peuvent respirer à cause des gaz.

14H21 On raporte depuis le centre que la PFP continue à avancer sur Santo Domingo et il y a des rumeurs qui indique que la police de l'Etat se rassemble derrière l'église Santo Domingo. Sur les toits il y a des franc-tireurs

14H23 A travers de la radio Universidad, il est demandé aux manifestants de se replier sur Santo Domingo et de ne pas répondre aux provocations de la PFP .

14H24 Par téléphone : La police s'est déployée dans les rues 5 de mayo et morelos, independencia et macedonio alcalá et la zone piétone, ils ont été obligés de se replier de l'autre coté de des rues García Vigil y Morelos.

14H26 Aux rues independencia et hidalgo il y a 5 priistes qui filment les gens en les désigants

14H35 On rapporte que la PFP n'est pas entrée sur la place Santo Domingo.

14H37 En ce moment sur la place de Santo Domingo, il y a une conférence de presse où on rapporte qu'une femme a été agressé sexuellement. Les gens ont mis quelques barricades.

14H40 Par téléphone : L'agression a cessé, en ce moment on soigne les blessés, les intoxiqués et de manière générale les gens affectés par les gaz. Il régne un calme tendu et la population est inquiète.

15H09 La radio Universidad rapporte que l 'entrée de la PFP dans l'édifice centrale de la faculté de droit qui se trouve dans le centre historique de la ville est confirmée. Il ne s'agit pas du campus universitaire. Le campus universitaire n'a pas subi aujourd'hui d'harcèlement de la PFP.

15H25 En ce moment il lance des gaz lacrymos d'un restaurant nommé Hosteria Alcala proche l'église de santo domingo.

15H31 On demande d'ammener des masques antigaz et des lunettes de picine.

15H34 Il y a des affrontement dans la rue 5 mai et il ya le feu dans un hotel. Il s'agit d'une agression assez forte.

15H48 On demande d'apporter des soda de cola, du vinaigre et de l'eau pour appuyer les gens qui sont réprimés par la PFP.

15H49 Il est demandé de venir renforce Radio Universidad de Oaxaca. On rapporte que les jeunes continue à se défendre contre l'agression de la PFP. Ces jeunes se dirigeaient vers les barricades quand ils ont été intercepté par la PFP.

15H51 La PFP continue à lancer des gaz lacrymos sur l'esplanade de Santo Domingo. On demande l'appui solidaire de médecin pour s'occupé des personnes intoxiquées par les gaz à Santo Domingo.

15H52 L'affrontement actuel est supérieur au 1er. Dans différentes rues du centre historique il y a de fort affrontements. La police arrose de gaz depuis des batiments et des hôtels les gens qui se défendent seulement avec des pierres.

16H00 TV azteca dit que la barricade de Soriana va être enlevé suite à des négociations. Radio Universidad dit que cette télé ne connait rien à la situation réel de la lutte à Oaxaca.

16H11 Les véhicules anti-émeutes sont à l'hotel camino real. La PFP s'est armé elle aussi de lance pierre et billes et de pétards.

16H11 A la porte de l'hotel camino real la PFP a pris deux personnes, et n'ont pas laissé les journalistes prendre des photos. La PFP avance avec de véhicules anti-émeutes ; et lance des gaz lacrymos et des billes avec des lances-pierres.

16H25 la PFP bloque la rue Garcia Vigil et montent sur les toits pour tirer des lacrymo sur les gens.

16H30 Jusqu'a maintenant il y a 4 détenus

source : http://vientos.info/cml/?q=node/6754
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éTOc

avatar

Nombre de messages : 113
Localisation : Ilien
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: photos ...OAXACA...   Jeu 23 Nov - 11:40















ce n'est pas un lance roquette que vous voyez sur la photo
pour plus d'infos....voir lien suivant...on peut bien sûr envoyer
autre chose que des patates...!

http://poutwarriors.free.fr/divers/lancepatate.htm
http://patatorfrance.free.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Informations sur oaxaca....suite   Jeu 23 Nov - 17:31

Ah oui, des images. bienvenues, merci!

Le lance-patate , je retiens, pas mal comme invention.

Bien frat.
Véro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Informations sur oaxaca....suite   Ven 24 Nov - 16:32

Naissance de l'Assemblée populaire des peuples du Mexique, pour la
démocratie directe issue de la tradition indigène.

Ce 20 novembre a été un jour historique au Mexique pour plusieurs
raisons.
La plus importante pour l'avenir est probablement la constitution
officielle de l'Assemblée populaire des peuples du Mexique (APPM), qui
regroupe 19 assemblées populaires, dont l'APPO, et 75 organisations
sociales et politiques. L'APPM cherche à former un front le plus large
possible contre la domination politique et économique de droite ; c'est
pourquoi elle invite les zapatistes de l'« Autre Campagne » et le «
Front élargi progressiste » (c'est-à-dire le PRD et les petits partis qui lui
sont alliés) à se joindre au mouvement ; seuls sont exclus les groupes
liés au PRI ou au PAN, dans la mesure où il doit s'agir d'un « processus
d'organisation populaire qui veut en finir avec les vieux cercles de
pouvoir et où les décisions émanent directement des assemblées, avec une
coordination horizontale, sans possibilité d'imposer des décisions
depuis des petits cercles de pouvoir ». Parmi les objectifs de l'APPM, en
effet, le plus révolutionnaire est sans doute celui de promouvoir la formation
d'assemblées à tous les niveaux, depuis le plus local jusqu'au plus
fédéral, afin de « retrouver les traditions collectives,
communautaires et populaires qui trouvent dans les assemblées l'expression la plus
complète et la plus développée de la démocratie directe ».

La première activité de l'APPM sera l'appui au plan d'action de l'APPO,
qui comprend, demain mercredi, une mégamarche vers la ville d'Oaxaca,
des blocages de routes autour de celle-ci, et des meetings devant une
quinzaine d'ambassades dans divers pays du monde.

À Mexico, les promesses du « Président légitime » López Obrador.

La célébration de l'anniversaire de la Révolution dans le centre
ville de Mexico, c'est d'abord une foule de plusieurs centaines de milliers de
personnes qui assiste au défilé commémoratif, culturel et sportif, dans
une atmosphère joyeuse et bon enfant. Mais cette année c'est surtout
l'occasion qu'a choisie le candidat présidentiel, évincé par fraude,
Andrés Manuel López Obrador (AMLO), pour prendre symboliquement ses
fonctions de Président légitime, avant que son rival Felipe Calderón
ne le fasse officiellement le 1er décembre. Devant la foule accourue de
tous les coins de la république, AMLO s'est engagé à protéger les droits du
peuple,
défendre le patrimoine et la souveraineté nationale et entamer la
transformation profonde du pays. À cette fin, il a annoncé un
programme en 20 points, parmi lesquels des initiatives légales pour affronter les
monopoles économiques liés au pouvoir et pour favoriser l'économie
populaire.
En préparation du 1er décembre, le Palais législatif où doit se
passer la cérémonie d'investiture de Calderón s'est transformé en une véritable
place forte, gardée par des centaines de policiers, et dont tous les
accès sont désormais scellés, murés, contrôlés. Une exposition consacrée à
Pancho Villa, qui devait être inaugurée aujourd'hui, a été interdite par
le PAN, au grand dam de tous les autres groupes politiques qui estiment
les mesures de prévention démesurées. Qui sait cependant ce qui va se
passer ce jour-là ? Une banderole sur le zócalo annonçait clairement : «
La démocratie est morte. S'il n'y a pas de solutions, ce sera la
révolution ».

Toujours l'état de siège à Oaxaca.

Dans la capitale d'Oaxaca, des affrontements ont eu lieu entre la Police
fédérale préventive (PFP) et les quelques 1 500 partisans de l'APPO qui
avaient organisé une marche pour commémorer l'anniversaire de la
Révolution. Durant tout l'après-midi, les jets de pierres et les pétards
ont lutté contre les gaz lacrymogènes et les matraques, avant que la PFP
finisse par se retirer de la zone de la manifestation. On compte 53
blessés du côté de l'APPO et au moins 5 du côté des policiers. Plusieurs
manifestants ont été arrêtés et remis aux autorités judiciaires.
Plusieurs journalistes et preneurs d'images, y compris appartenant à des
agences de presse internationales et à la toute puissante télévision TV Azteca, ont
été poursuivis et agressés par des policiers.

La Ligue mexicaine de défense des droits de l'homme dénonce le fait
que « La Police fédérale préventive continue à violer les droits de l'homme,
outrepasse ses fonctions et, au lieu de rétablir la paix, provoque le
contraire » ; elle demande au gouvernement fédéral de retirer la PFP de
l'État, vu que « sa présence aiguise le conflit ». Une femme n'ayant
aucun lien avec l'APPO a porté plainte pour agression sexuelle de la part de
policiers, et l'APPO dénonce un harcèlement continuel vis-à-vis des
femmes de la part de la force d'occupation policière qui campe toujours dans le
centre ville.

La radio libre sympathisante des insurgés, Radio Universidad, est
toujours complètement entourée de barricades et gardée comme une forteresse ; la
professeure de médecine Berta Muñoz, qui avait assuré l'antenne
durant les sept heures d'assaut policier le 2 novembre, est désormais cantonnée à
l'intérieur des locaux de la radio en raison des menaces de mort qu'elle
reçoit sur son portable et qui sont diffusées par la radio proche du
gouvernement. Elle a confié à une journaliste de « La Jornada » que rien
ne serait plus pareil à l'université, qui doit désormais se
rapprocher du peuple et lui donner la parole.

Quant au gouverneur de l'État, Ulises Ruiz, comme seule réponse à
l'immense mouvement populaire qui réclame sa démission, il a déclaré
que « celui qui retire et impose, c'est Dieu ». Cette tranquille assurance de
gouverner de droit divin lui a valu le sévère reproche du
coordinateur de la commission « Justice et Paix » de l'archidiocèse d'Oaxaca, pour
avoir
évoqué le nom de Dieu pour « justifier son maintien au pouvoir, qui
manifestement est autoritaire, méprisant, despotique et tyrannique.
Quand on idolâtre le pouvoir, on tombe dans la fétichisation et on n'écoute
plus la voix du peuple. »

Du côté des zapatistes

D'État en État et de communauté en communauté, l' « Autre Campagne »,
entamée il y a déjà presque un an, continue de donner la parole à toutes
les victimes des confiscations de terres, des assassinats et
disparitions, de la misère imposée par les grands propriétaires et leurs milices
privées, les caciques et leurs policiers corrompus, les narcotrafiquants
et leurs blanchisseurs. Donnant ainsi une voix aux sans voix, elle
permet au moins de révéler à quel point la façade de démocratie et d'État de
droit qu'affiche le Mexique vis-à-vis de l'extérieur est un leurre et
une mascarade.

Hier, des milliers d'indigènes, « bases d'appui » de l'EZLN, ont bloqué
diverses routes du Chiapas pour manifester leur soutien aux
revendications de l'APPO.

Annick Stevens, à partir de « La Jornada ».
le 21 11 06

[ texte diffusé sur la mailing liste [cspcl] - http://cspcl.ouvaton.org ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Informations sur oaxaca....suite   

Revenir en haut Aller en bas
 
Informations sur oaxaca....suite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [HRP] Informations RP sur Ryes et l'arrivée de tout voyageur
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» urgent caniche de 12ans à placer suite décés ADOPTE
» INFORMATIONS INEDITES ! UN MESSAGE SPECIAL POUR TOUS LES NOUVEAUX CONVERTIS !
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Politique délirationnesque...ou même franchement abjecte...-
Sauter vers: