Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Athènes - 560 écoles occupées - contre la privatisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Athènes - 560 écoles occupées - contre la privatisation   Jeu 23 Nov - 0:23

LUTTE CONTRE LA PRIVATISATION DE L’ENSEIGNEMENT EN GRÈCE
560 écoles occupées par les étudiants à Athènes


vendredi 17 novembre 2006



Les enseignants et les étudiants de Grèce sont optimistes. Après deux mois de lutte, ils ont fait reculer le gouvernement. Malgré l’arrêt de la grève des enseignants, les occupations d’écoles et les manifestations se poursuivent. A Athènes, ils étaient des milliers vendredi dernier à dire « jamais ! » aux plans de privatisation de l’enseignement.



« A quand la privatisation ? », demande un étudiant au mégaphone. « Jamais ! », répondent en cœur les étudiants du secondaire. Ils sont quelques milliers rassemblés à la place Omonia, au centre de la ville. « Nous restons optimistes, car les enseignants et les parents sont avec nous », explique Katerina Venikaki, étudiante en secondaire. La grève des enseignants a officiellement pris fin. Mais ce n’est pas la fin du mouvement, estime Katerina : « Nous menons diverses formes de lutte : des grèves, des manifs, des blocages, des occupations d’écoles. Actuellement, 560 écoles sont occupées jour et nuit par les étudiants à Athènes et plus d’un millier dans l’ensemble du pays. » La Nouvelle Démocratie (conservateurs) et le Pasok (sociaux-démocates) veulent abroger l’article 16 de la Constitution, qui garantit l’enseignement public et gratuit pour tous. Bien que le gouvernement ait refusé de discuter avec les enseignants, il vient de reculer sur un point : le débat sur l’article 16 et sur la privatisation de l’enseignement est reporté à janvier. « C’est déjà une victoire de notre lutte », estime Katerina. Le cortège des étudiants du secondaire démarre. Un peu plus loin, les étudiants des écoles supérieures et des universités sont rassemblés. Ils sont emmenés par Sydonistiko, l’organisation étudiante de gauche dans laquelle militent les jeunes communistes. Un de leurs porte-parole nous explique pourquoi ils ont rejoint le mouvement lancé par les instituteurs. « En été, nous avons préparé la mobilisation contre les plans de la ministre de l’enseignement. Quand les enseignants ont lancé la grève début septembre, nous avons directement décidé de les soutenir et de participer à leur mouvement. Car leurs revendications rejoignaient les nôtres. » Stravroula Riga, étudiante en secondaire, s’adresse aux étudiants : « Le gouvernement dit que nous gâchons notre année en empêchant les cours. Mais eux, c’est notre vie qu’ils gâchent ! »



13 fédérations ouvrières en grève pour l’enseignement



Sur une troisième place, sont rassemblés les enseignants du PAME, un front militant au sein des syndicats, dirigé par le Parti communiste (KKE). Nous rencontrons Manos Doukas, prof de maths dans une école secondaire d’Athènes. Il rappelle l’historique de cette grève. « La grève a commencé par instituteurs primaires. Au départ, ils avaient peu de contact avec les autres enseignants ou avec les travailleurs d’autres secteurs. Et leur cadre de revendication était limité à l’école primaire. Ils réclamaient un salaire net de 1.400 euros et s’opposaient à la privatisation, sous le mot d’ordre ‘Non à l’école du marché’. Les militants du PAME ont alors mis toutes leurs forces dans ce mouvement. Nous avons encouragé l’élargissement de la lutte, qui a modifié ses objectifs et son contenu. Nous avons mis en contact les enseignants avec les autres travailleurs. » La lutte des enseignants et des étudiants jouit en effet d’un large soutien de la part de la population. « Auparavant, quand nous allions parler de l’enseignement aux autres travailleurs, ils s’en foutaient, explique Manos. Aujourd’hui, les enseignants sont invités chaque jour par des syndicats ouvriers et des associations de parents. Nous sommes parvenus à mettre le débat sur l’avenir de l’enseignement au centre des préoccupations. C’est une victoire à laquelle a grandement contribué le PAME. La semaine dernière, nous avons connu pour la première fois une journée de grève pour l’enseignement, à laquelle participaient 13 fédérations de travailleurs : bâtiment, Horeca, secteurs privé, comptables, artistes, etc. Cela n’a fait qu’accroître la mobilisation. Malgré que les enseignants aient décidé de suspendre la grève, la mobilisation reste grande. L’occupation se poursuit dans des centaines d’écoles. Nous allons préparer des grandes manifestations en janvier quand le gouvernement reprendra le débat sur l’article 16. En juin également, nous serons présents, car un débat va s’ouvrir sur la privatisation des universités. »



Contre la politique « de Bruxelles »...



Le centre d’Athènes est maintenant complètement paralysé. Les divers rassemblements d’étudiants et d’enseignants se sont regroupés en une grande manifestation combative de milliers de gens. Les slogans ne manquent pas d’humour. Les jeunes s’adressent à la ministre de l’enseignement : « Marietta, tu n’es pas une bergère, nous ne serons pas tes moutons ! » Ils sont fiers de l’unité du mouvement : « Les étudiants ne baissent pas la tête ; avec le peuple, résistance et lutte ! », « Construire le front, c’est notre riposte aux multinationales. » Ils savent que les plans du gouvernement grec répondent aux exigences du patronat et de la Communauté européenne, symbolisée par Bruxelles. « Tant que vous suivrez Bruxelles, nous contre-attaquerons avec le peuple », scandent-ils. Katerina s’adresse aux jeunes de Belgique : « N’hésitez pas à lutter jusqu’au bout, même si vous avez l’impression qu’on ne vous écoute pas. La question de la privatisation et du manque de moyen de l’enseignement nous concernent tous, les gens des pays de la Communauté européenne. Raison de plus de mener des luttes communes. »





Des molotov pour discréditer le mouvement



Certains médias mènent une campagne systématique de calomnie du mouvement des enseignants et des étudiants. Récemment, une jeune fille de 16 ans a été violée par 4 étudiants dans l’école d’un village, qui ne participait pas à la grève. Une affaire choquante, bien entendu. Mais le rôle des médias l’est davantage. A l’aide des images du viol, filmé avec un téléphone portable, ils font chaque jour l’amalgame avec le mouvement des étudiants. Autre thème utilisé par les mêmes médias : « les étudiants sont des casseurs ». Les écoles occupées ont pourtant servi fin octobre comme bureaux de vote. Il y a bien eu des cocktails molotov lancés à une école, mais par des inconnus masqués, depuis l’extérieur de l’école ! Stravroula Riga, également étudiante en secondaire, est du même avis : « Les médias disent que les étudiants sont des violeurs et des casseurs, qui lancent des cocktails molotov. En réalité, le gouvernement craint que nous soyons les vainqueurs de cette lutte. Il fait tout pour discréditer notre mouvement, en payant des journalistes pour nous calomnier ou des provocateurs. » Le cortège des manifestants arrive à la place Syntagma, où siège le parlement. Je suis frappée par la présence ostensible de groupes de policiers anti-émeute, avec des casques, des boucliers et même des masques à gaz pour certains. Leur attitude contraste avec celle des manifestants, tout à fait pacifiques. En Belgique, on qualifierait cela de provocation. Soudain, trois individus masqués lancent des cocktails molotov en direction de la police. Puis ils se replient vers le cortège des manifestants. Mal leur en a pris. Ils sont aussitôt pris à partie par les manifestants. Ceux-ci en ont assez des provocateurs.



Cécile Chams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Athènes - 560 écoles occupées - contre la privatisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La privatisation de l’État
» Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: MOTIF Libertaire :: Actualités Libertaires :: Manifestations-
Sauter vers: