Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les mariages forcés toujours aussi nombreux!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Les mariages forcés toujours aussi nombreux!   Mar 21 Nov - 18:37

Les mariages forcés toujours aussi nombreux

En dépit des campagnes de sensibilisation, chaque année 70 000 jeunes filles vivant en France seraient contraintes d'épouser un inconnu au bled.

"J'AI découvert que mes parents m'avaient promise à un homme du village en surprenant une conversation", explique Cira, 16 ans, d'origine malienne. L'adolescente a bien tenté d'en parler à sa mère, mais s'est heurtée à un "c'est comme ça" aussi las que ferme. Avec la menace d'être exclue de la famille en cas de refus. "Je suis en BEP secrétariat. Je ne veux pas me marier à un homme qui a presque trente ans et que je connais pas." Pour autant, Cira hésite à dénoncer ses parents. Elle oscille entre la révolte et la résignation, se raccroche à l'idée qu'elle divorcera ensuite pour vivre sa vie.

Comme elle, près de 70 000 jeunes filles seraient menacées de mariages forcés, selon une estimation du Groupement pour l'abolition des mutilations sexuelles (Gams). Jusqu'à présent, les diverses campagnes de sensibilisation comme les modifications législatives n'ont pas enrayé le phénomène. Début 2006, la majorité nubile est passée à 18 ans et les unions douteuses peuvent faire l'objet d'enquête.

À mesure que les contrôles se renforcent, les familles les plus arc-boutées sur leurs traditions adaptent leur stratégie. "On observe un retour des mariages précoces", s'inquiète le Gams. "Les parents ont parfois vu les aînées leur échapper, alors ils marient les cadettes très jeunes, avant qu'elles n'aient un copain", explique la directrice du Gams, Isabelle Gillette-Faye. Beaucoup ont également renoué avec les mariages au village ou au bled car "ils ont compris qu'en France c'était plus surveillé et plus compliqué pour régulariser ensuite un mari sans-papier". Désormais, toutes les vacances scolaires sont devenues des "périodes à risque", alerte Isabelle Gillette-Faye.

En Seine-Saint-Denis, département qui compte le plus d'immigrés, les travailleurs sociaux et les enseignants sont particulièrement mobilisés. Ils lancent une nouvelle campagne de prévention reposant autant sur les jeunes que sur les parents. Car empêcher ces unions forcées reste complexe. "La première tendance serait d'éloigner la jeune fille, mais souvent, elles ne veulent pas quitter leur famille, explique Linda M., infirmière scolaire à Bobigny. Alors, on essaie de gagner du temps. Mais je fais un à deux signalements par an à la justice, avec des succès divers..." Les jeunes filles changent souvent d'avis, les juges ne suivent pas toujours et les services sociaux "sont réticents à prendre en charge ces filles sur le long terme", ajoute cette infirmière.

"L'ambiguïté des mères"

Les services sociaux notent que les mariages forcés sont plus répandus chez les immigrés de fraîche date et que la pratique s'estompe avec le temps passé en France. "Autrefois, les Maghrébines trouvaient normal de se marier ainsi. On n'en parlait pas. Maintenant, un certain nombre de jeunes filles revendiquent des droits, analyse Emmanuelle Piet, qui coordonne la politique familiale au conseil général de Seine-Saint-Denis. En revanche, dans les familles pakistanaises, les filles acceptent, pour l'instant. La pratique est commune chez les primo-arrivants."

La persistance de ces mariages repose aussi sur "l'ambiguïté des mères", reconnaît Ernestine Ronai, responsable de l'Observatoire des violences contre les femmes en Seine-Saint-Denis. Toutes ne sont pas prêtes à "reconnaître qu'elles ont été elles-mêmes opprimées". Mais elles sont chaque jour plus nombreuses à dénoncer cette violence, comme Myriam, 40 ans, Marocaine, qui proclame : "Jamais ça pour ma fille !"

Cécilia Gabizon

Source : Le Figaro, 16 novembre 2006
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les mariages forcés toujours aussi nombreux!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit bisous de la plus belle ... oui oui toujours aussi modeste
» Toujours aussi explosive [Sekhmet]
» UN GRIMOIRE TOUJOURS AUSSI CONVOITE (RP d'intrigue tour 1)
» L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)
» Une nouvelle journée auprès de toi ; mon coeur est toujours aussi battant. | Divine Sardine |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Tout ce qui vous passe par la tête...ou même ailleurs...-
Sauter vers: