Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jaime Semprun - Apologie pour l'insurrection algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Jaime Semprun - Apologie pour l'insurrection algérienne   Sam 11 Nov - 14:10

*** SOMMAIRE
Edito p. 3
IMMIGRATION
Médecins étrangers, une immigration"choisie" p.4
NUCLEAIRE
En sortir avant la catastrophe p.6
POLITIQUE (RAILLERIE)
Voter Ségo contre Sarko? Et puis quoi encore!p.7
IMMIGRATION
Pas de trie parmi les sans-papiers p.11
Rubrique Big Brother p.12
Suspension de peine de nouveau refusée à Nathalie Menigon p.13
POINT DE VUE
La faillite de l'école... et sa nécessité p.14
SANS FRONTIERE
Gaza comme laboratoire. La grande Expérimentation. p.16
Irak: Une déclaration de guerre contre les paysans p.18
Saccage de la nature en Islande: Une lutte à dimension universelle p.21
LIVRES p.32


***EDITO
ON SE BAT À OAXACA.

Au sud du Mexique côté Pacifique, dans la ville et l'Etat d'Oaxaca, un mouvement
social, lancé depuis le 15 mai dernier par un rassemblement d'instituteurs contre
la vie chère et pour des moyens, s'est transformé le 14 juin face à une répression,
sanglante et sournoise, en une mobilisation permanente de toutes les composantes
populaires de l'Etat. Ainsi s'est instaurée une Assemblée Populaire du Peuple
d'Oaxaca (APPO), qui court-circuite les institutions et demande la destitution du
gouverneur.

Contre Ulises Ruiz , gouverneur P.R.I. (1), contre la police, les paramilitaires et
les notables, l'APPO réussit à administrer de fait les affaires publiques, malgré
d'incessantes manouvres de déstabilisation (2). Si les médias internationaux ont
surtout évoqué l'élection présidentielle de l'Etat fédéral mexicain, le 2 juillet,
puis les mobilisations populaires dans la capitale Mexico contre les irrégularités
d'un scrutin donnant la victoire par 0,6 % des voix au candidat de droite du PAN,
ces mêmes médias - le Monde en tête - ont simplement ignoré ou vaguement évoqué un
corporatisme enseignant rétrograde et démagogue qui, au moyen d'une grève
irresponsable et d'un campement permanent sur la place centrale, le zocallo,
mettait en danger l'essor du tourisme de luxe dans la ville d'Oaxaca . Le PRD, la
gauche mexicaine et ses intellectuels, mobilisés derrière Obrador pour la course au
pouvoir fédéral, ont été à la hauteur de ce que leurs homologues français seraient
capables, dans une telle situation (voir p.7 les intentions de S. Royal, probable
candidate de la gauche française aux prochaines élections). Le PRD s'était déjà
illustré contre le mouvement zapatiste, dans l'État voisin du Chiapas, et avait
voté pour la contre-réforme indigène niant les accords de San Andres. La Commune
d'Oaxaca a lancé un appel à la population mexicaine pour venir la soutenir contre
l'encerclement militaire et policier, ainsi qu'une marche vers Mexico pour obtenir
l'audience et le soutien populaires extérieurs.

Maintenant la crise se noue : reprise du travail des enseignants après la
satisfaction de toutes leurs revendications et un vote disputé (à 60 % pour la
reprise) le 26 octobre; division interne à l'APPO entre la « gauche »
traditionnelle -partis, syndicats, associations - et la base de la population qui
ne veut pas d'un retour à « la normale »; préparatifs militaires du pouvoir fédéral
qui refuse toujours la destitution du gouverneur Ruiz ; raids meurtriers de
paramilitaires (3). L'APPO organise son congrés constituant les 10, 11,12 novembre
avec des commissions thématiques préparatoires pour un nouveau contrat social.
Comment le pouvoir fédéral, qui va introniser le nouveau président le 30 novembre,
peut-il tolérer une telle divagation d'une partie de son territoire, à 500 kms de
la capitale, avec un siège gouvernemental et des commissariats vides, des
institutions squattées par des commissions populaires.. ? Pour amener le peuple à
la raison, il faut plus qu'un simple encerclement ( voir La grande expérience p.14
sur les Palestiniens de Gaza).

Tout comme la Commune coréenne de Kwangju (Courant Alternatif 162 d'octobre
dernier) en 1980, la Commune d'Oaxaca est inconciliable avec l'Etat central qui a
d'autres projets pour le sud du Mexique. Et pas des moindres !

Le plan Puebla Panama pour l'isthme de Tehuantepec - alternative au canal de
Panama, saturé, par la création d'un couloir d'autoroutes, oléoducs, gazoducs et de
voies ferrées reliant le Pacifique et le Golfe du Mexique - intéresse les capitaux
mexicain et internationaux. Des gisements de pétrole ont été décelés dans plusieurs
pays de l'Amérique Centrale, les ressources minières sous les forêts du sud
mexicain et guatemaltèque seraient considérables, cette région constituerait un
véritable pactole potentiel... Tout comme en Irak et en Islande (voir dans ce CA
p.18 la législation irakienne pour briser la paysannerie et p.21 le barrage
pharaonique de Karhanjukar), le Capital va projeter sur une région du globe jusque
là ignorée - par lui ! - ses capacités de destruction de l'existant et ses
objectifs de rendement financier. Seul détail les communautés indigènes, qui vivent
encore sur le territoire des états du sud mexicain, fonctionnent depuis toujours
sur un autre mode collectif et politique que celui prôné par la Couronne espagnole,
puis par l'Etat fédéral (la population d'Oaxaca est indienne à 70 %, ce qui
explique un peu cette capacité politique d'auto organisation qui n'apparaît pas du
néant.). Difficile de leur acheter leurs terres, incarnant pour elles un mode
d'existence collective inaliénable. Militairement l'Etat a les moyens de balayer
ces gêneurs vivant là depuis plus de mille ans ; et les troubles d'Oaxaca
pourraient motiver l'utilisation de la manière forte, l'instauration de l'état
d'urgence.

Mais politiquement, le consensus minimum nécessaire peut-il être obtenu ? La
violence politique, très courante au Mexique, peut-elle être utilisée à grande
échelle sans être contre-productive, et inaugurer en retour une instabilité
inattendue et prolongée, néfaste au business?

La gauche mexicaine, accrochée au « credo du développement », fut-il durable, et à
la gestion des institutions, est probablement prête à collaborer au sale boulot au
nom des intérêts supérieurs de la Nation, si sa clientèle électorale ne renâcle pas
trop. Les débats qui ont lieu dans l'APPO, et l'échec électoral du PRD mi-octobre
dans le Tabasco (Etat voisin,sur le golfe du Mexique) inciteront peut-être la «
société civile », éternel godillot des politiciens de gauche, à refuser la logique
capitaliste du développement et à joindre ses forces à la base de la population,
avançant sans faiblir d'autres perspectives. Il est plus probable que le recours,
s'il y a, viendra des populations pauvres des Etats voisins. Les prochaines
semaines Oaxaca sera peut-être la ville où un autre futur s'esquissera. Par contre
celui-ci ne sortira pas des urnes, ni en mai ni plus tard

Nantes le 28/10/06

(1)Le Parti Révolutionnaire Institutionnel domine la vie politique mexicaine depuis
80 ans. Son monopole est contesté par le PAN - Parti d'Action Nationale -, nouveau
parti de droite dont fait partie Vincente Fox ( actuel président du Mexique qui
intronisera son successeur Calderon du PAN le 30 novembre) et par le PRD - Parti de
la Révolution Démocratique - , principal parti de gauche ( ?), dont le candidat à
la présidentielle de 2006 et ancien maire de Mexico Manuel Lopez Obrador refuse
toujours sa défaite.

(2)Le journal CQFD dans ses n° 37 et 38, de septembre et octobre derniers, rend
compte de façon détaillée de ce processus. Les sites internet Acrimed et surtout
RISAL (http://risal.collectif.net) ont mis en ligne, en reprenant certaines
traductions, de nombreux textes.

(3)Des blessés et des morts - dont un membre d'Indymédia USA - vendredi 27 octobre
après plusieurs attaques contre des lieux occupés: voir Indymédia Paris


[ repris du site http://oclibertaire.free.fr ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jaime Semprun - Apologie pour l'insurrection algérienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [×] République Démocratique et Populaire Algérienne
» Bal de fin d'année !
» [×] République algérienne démocratique et populaire.
» Appel à l'insurrection.
» enaoût 1831, la Légion s'embarque pour l'Algérie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Que lisez-vous en ce moment?-
Sauter vers: