Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bahar Kimyongür dénonce depuis 10 ans la torture en Turquie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Bahar Kimyongür dénonce depuis 10 ans la torture en Turquie   Mer 8 Nov - 15:24

Avec le verdict de la Cour d'Appel de Gand rendu ce 7 novembre, la Justice
belge et la Ministre Onkelinx seront finalement arrivés aux résultats
judiciaires exigés par la Turquie : faire définitivement taire un de ses
opposants, Bahar Kimyongür, et criminaliser un mouvement révolutionnaire
d'opposition au régime d'Ankara.

Sept années après avoir débuté, «l'affaire Erdal» -à laquelle est venue se
surajouter «l'affaire Kimyongür»- vient donc de connaître un épilogue
provisoire. Ce mardi 7 novembre, la Cour d'Appel de Gand a en effet condamné sept des prévenus à de lourdes peines d'emprisonnement -les charges et accusations retenues ayant été manifestement dopées afin de justifier la sévérité du verdict :

Sukriye Akar (4 ans) ; Musa Asoglu ( 7 ans) ; Fehriye Erdal ( 4 ans) ;
Dursun Karatas (7 ans) ; Bahar Kimyongür (5 années) ; Zerrin Sari (4 ans)
Kaya Saz (4 ans)

Autant donc le réaffirmer solennellement
: ce procès concerne tous les
citoyens. Il engage l'avenir de nos libertés. Pour ces raisons, capitales, Le
Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association (le CLEA) appelle tous
les progressistes et l'ensemble des associations démocratiques


-- à dénoncer ce jugement inique et à appuyer, par leurs mobilisations, toutes
les voies de recours aptes à contester un jugement de pure complaisance,
prononcé coup sur coup par deux tribunaux belges «sous pression»;
-- à contester les lois sécuritaires qui, dans notre pays comme dans
l'ensemble de l'Union européenne, sont en train de défaire les libertés
démocratiques obtenues par un siècle et demi de luttes sociales;
-- à marquer leur solidarité avec les forces politiques, syndicales et
associatives qui combattent l'autoritarisme, le despotisme et la violence
d'État dont le régime d'Ankara a fait sa nature ordinaire.


Plus d'informations dans le document attaché et sur notre site web :
http://leclea.be







Pour rappel de l’histoire:



Le 18/09, plusieurs quotidiens francophones ont apporté les dernières preuves démontrant que l'État belge a tenté de livrer Bahar Kimyongur à la Turquie .Différents services de l'État se sont réunis secrètement la nuit du 26 avril dernier pour mettre au point ce complot.

Bahar est ce citoyen belge qui dénonce depuis plus de dix ans la torture subie par les prisonniers politiques en Turquie.

S'il avait été extradé vers ce pays, il risquait 15 ans de prison voire la torture. Les rapports entre la Belgique et la Turquie s'apparentent, en fait, à un complot international dont Bahar Kimyongur est la victime.

Mais ce complot a d'autres ramifications. Le juge qui a condamné Bahar Kimyongür à quatre ans d'emprisonnement en Belgique, le 28 février à Bruges, est la même personne qui avait refusé, lorsqu'elle était responsable du "Comité P", de divulguer un rapport mettant en évidence les accords secrets conclus entre les polices belge et turque visant à ficher la population d'origine turque en Belgique. Ce juge avait été spécialement transféré pour diriger le procès intenté contre Bahar et ses co-inculpés.

Par ailleurs, Madame Laurette Onkelinx -sous la responsabilité de laquelle s'est tenue la réunion secrète où fut conçu et préparé le "Midnight Express pour Bahar"- se présente aux élections communales à Schaerbeek en très mauvaise compagnie : des hommes de la mouvance des "loups gris" -l'extrême droite turque.


Mais la ministre de la justice ne veut pas assumer ses actes et a nié et continue à nier – à la Chambre, au Sénat, devant la presse – l'existence du complot. Or, comme le dit le président de la Chambre : [color=#333333]"Un ministre qui ment, est (un ministre) [color:1402=#333333:1402]mort" (3). Elle ferait bien de s'inspirer de l'exemple d'intégrité d'un autre ministre de la justice, pourtant libéral, qui, lui, mit ses actes en concordance avec ses principes, au risque de sa vie, tout au long de sa carrière politique et jusqu'au jour de sa mort à Buchenwald en 1944 : Paul-Émile Janson.

Pour sa part, la police belge est restée en contact avec ses homologues turcs jusqu'à l'arrestation de Bahar Kimyongür aux Pays-Bas. Bahar a été vendu par notre police à la Turquie pour se racheter de la disparition d'Erdal ! Aujourd'hui, ceci est plus évident que jamais !

Vous avez dit jugement équitable ? Comment, si le procureur dans le procès de Bahar Kimyongür, Monsieur Johan Delmulle, a participé également à la réunion secrète au centre de crise du Ministère de l'Intérieur ? Mais, les agissements de Monsieur Delmulle dans cette affaire ne se sont pas limités à cela. Tout au long de ce procès –tant en première instance, à Bruges, comme en appel, à Gand– il n'a cessé d'adopter une attitude sensiblement partisane, voire politique. Il a même fait une lecture de certaines lois appliquées, contraire à l'esprit et à la lettre des textes adoptés par le législateur. Cette attitude a une explication historique. En effet, le texte initial de l'actuelle loi sur les organisations criminelles, d'application dans ce procès, avait été déposé en 1998 par le Ministre de la justice de l'époque, Monsieur Stefaan De Clerck, et avait été rédigé par plusieurs membres de son cabinet, dont Monsieur... Johan Delmulle. Le projet indiquait, dans l'exposé des motifs de la loi, un double objectif pour celle-ci : d'une part, la lutte contre la maffia traditionnelle et, d'autre part, la lutte contre... le "radicalisme". Heureusement, il ne serait pas suivi sur ce point par le législateur, mais cela n'a pas empêché Monsieur Delmulle de continuer à faire –à Bruges et Gand– cette lecture-là de la loi.Les autorités politiques, judiciaires, policières belges se sont concertées pour livrer un de leurs ressortissants à un pays qui pratique la torture. C'est un fait d'une extrême gravité. Nous voulons connaître, les citoyens ont besoin de connaître toute la vérité dans cette "affaire d'État", et ceux qui ont participé à cet acte délictueux devront subir toute la rigueur de la loi.Peut-on encore parler de démocratie en Belgique quand notre pays use d'une loi qui permet de condamner quelqu'un qui n'a commis aucun délit ?

En effet, la législation antiterroriste belge viole -comme cela a été signalé par d'éminents juristes- un des principes essentiels du droit : le principe de légalité.

Contradictions ? Monsieur Johan Delmulle représente l'État belge dans le procès belge contre Bahar ; en première instance, la justice belge laisse ce dernier en liberté, il a ainsi droit à interjeter appel, mais le procureur –et les autres comploteurs– s'arrange pour le faire arrêter aux Pays-Bas en vue son extradition vers la Turquie, avant même qu'il n'ait eu droit à sa première audience en appel. Le procureur ne respecte même pas les lois du pays qu'il représente.


En fait, le procès intenté contre Bahar Kimyongür et dix autres prévenus présumés membres du DHKC est un procès politique. Bahar Kimyongür est devenu ainsi le symbole des dangers que la dite "guerre contre le terrorisme" fait peser sur les libertés fondamentales, et en particulier celles d'expression et d'association, de tous les citoyens belges. En effet, il est poursuivi pour avoir traduit, commenté et diffusé un communiqué du DHKC et pour avoir collaboré au bureau d'information de cette organisation à Bruxelles –une institution parfaitement légale ayant toujours respecté le cadre légal belge. C'est pour cela que le procureur –et d'autres hautes autorités de l'État– le poursuit l'accusant d'être le «chef d'une organisation "terroriste"». Mais, c'est la condamnation en première instance à Bruges qui a donné le feu vert à la Turquie pour lancer un mandat d'arrêt international contre Bahar Kimyongür. Dans ces circonstances, peut-on encore prétendre que ce jugement reste valable juridiquement quand on sait aujourd'hui -en plus de ce que l'on savait déjà concernant les irrégularités de ce procès- que le procureur en personne a participé à un complot international contre l'un des accusés ?

Un tribunal d'exception

La thèse avancée par les avocats de la défense lors de la première audience du procès en appel à Gand recouvre ainsi toute sa pertinence et toute son actualité : Ce procès (en appel) découle d'une sentence, en première instance, d'un tribunal d'exception. En première instance, le tribunal de Bruges n'était pas une Chambre correctionnelle normale. Elle s'est de la sorte transformée en tribunal d'exception par la nomination illégale à sa tête du juge Freddy Troch, spécialement désigné pour rendre un jugement "arrangé". «Dans ces conditions, le premier jugement doit être frappé de nullité», avait demandé la défense.

Pour toutes ces raisons, le Clea entend mobiliser les citoyens belges dans le cadre d'un grand rassemblement lors du verdict du procès en appel de Bahar Kimyongür le 7 novembre prochain à Gand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Bahar Kimyongür dénonce depuis 10 ans la torture en Turquie   Mar 21 Nov - 22:20

Cher ami, chère amie,

Une nouvelle fois, les lois antiterroristes menacent gravement les droits et
libertés de tous les citoyens belges.

Bahar Kimyongur a été condamné à 5 ans de prison ferme le 7 novembre dernier
alors qu'il n'a commis aucun délit. Désormais, il se trouve à la prison de
Gand où il subit des conditions de détention « spéciales » et est dans
l'attente d'un transfert à la prison de Bruges où les autres condamnés dans
le procès DHKP-C subissent depuis 9 mois (depuis le verdict du procès en
première instance) des conditions d'isolement inhumaines. Pour protester
contre ces traitements, ils sont en grève de la faim depuis le 30 octobre.

*Aidez le Clea, aidez les parlementaires qui se mobilisent pour exiger des
conditions de détention dignes d'un pays se présentant comme une démocratie
(voir Le Soir du 20 novembre).

*Suivez toutes les évolutions de cette affaire sur
www.leclea.be -vous
trouverez également sur notre site actualisé quotidiennement des analyses
approfondies à propos de ce procès et des dangers des lois liberticides ainsi
qu'une série d'actions utiles poursoutenir Bahar Kimyongur.

*Diffusez notre information à vos connaissances car défendre Bahar Kimyongur,
c'est défendre les droits et libertés de chaque citoyen en Belgique.

Le texte que vous trouverez en attachement (.doc et .pdf) est la première
lettre écrite par Bahar Kimyongur à son épouse depuis son incarcération. Vous
pouvez vous-même lui écrire ou lui rendre visite (en contactant son épouse ou
en vous rendant sur notre site internet).

L'affaire Kimyongur ne fait que commencer...

Le Clea
[email]contact@leclea.be[/email]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bahar Kimyongür dénonce depuis 10 ans la torture en Turquie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des policiers accusés de torture, risquent l’emprisonnement
» [A.C] Torture et autres délices
» griboulle alias gremlins en cage depuis 11 ans spa 27 SORTI
» 25. Meilleur Topic Depuis Aout
» Ce monde qui me torture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Politique délirationnesque...ou même franchement abjecte...-
Sauter vers: