Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pologne : Femmes, église catholique et avortement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Pologne : Femmes, église catholique et avortement   Lun 30 Oct - 22:46

La condition des femmes polonaises



Tandis que le précédent gouvernement de gauche libérale avait renoncé à légaliser à nouveau l’IVG sous la pression du clergé, l’église est devenue dominante depuis 15 ans sur tous les aspects de la vie quotidienne des Polonais. Mais depuis 1 an de gouvernement conservateur, l’image de la femme se limite au rôle de femme au foyer et de mère, surtout dans les médias. Fait nouveau, de plus en plus de femmes célibataires subissent une pression pour se marier jeunes. Après 25 ans, rester seule devient suspect. Enfin, dans le discours dominant, l’homosexualité est une maladie, tandis que les agressions sont de plus en plus nombreuses, même si le gouvernement en place n’a pas réussi à interdire la gay pride, grâce à la pression de l’UE.



(dans Le Monde Libertaire 1452 du 26 octobre au 1novembre 2006)



Manif à Paris


Le samedi 4 novembre 2006, un collectif d'organisations polonaises organise à Varsovie une manifestation avec pour mot d'ordre « Assez de l'enfer pour les femmes ! Nous exigeons l'avortement légal ! »
Le même jour, à 15h, pour les soutenir, des féministes manifesteront à Paris non loin de l'ambassade de Pologne, sur l'esplanade des Invalides.

"Encore féministes !" se joint à cette action.

Que se passe-t-il en Pologne ?

La Ligue des Familles (parti d'extrême droite membre du gouvernement) a déposé une proposition de modification de la Constitution, pour que soit reconnue la « protection de la vie humaine dès sa conception ».
Alors que l'avortement était libre pendant la période communiste, la loi actuelle ne l'autorise que dans trois cas :

lorsque la vie ou la santé de la femme est menacée, en cas de malformation grave ou de maladie incurable du foetus, et lorsque la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste. Néanmoins, de nombreuses femmes se trouvant dans l'un de ces cas se voient refuser le droit d'avorter dans les hôpitaux publics.
Officiellement, il y a 150 avortements par an en Pologne, mais des centres indépendants estiment que le nombre d'avortements pratiqués illégalement dans des cliniques privées est de 80 000 à 200 000 par an.

Après de longues luttes féministes, le droit d'avorter, droit fondamental pour la liberté des femmes, a été partiellement reconnu dans les pays occidentaux (sauf le Portugal, l'Irlande et Malte). Dans de nombreux pays (États-Unis) ou régions (mauvaise volonté de certains hôpitaux), le droit d'avorter légalement dans le public est mis en question ou saboté. Les victimes sont les femmes les plus pauvres et les moins bien informées.
Nous joignant au regroupement d'associations féministes françaises (A.N.C.I.C., C.A.D.A.C. et le Planning familial), nous exprimerons en manifestant derrière la banderole "Encore féministes !" notre solidarité avec les associations polonaises qui luttent courageusement contre cette régression.

Rendez-vous, le samedi 4 novembre 2006 à 14h 45, sur l'esplanade des Invalides, à la sortie du métro Invalides.

Nous porterons notre ruban blanc, qui signifie « Je suis engagé-e contre la violence contre les femmes. » Vous pourrez vous en procurer sur place.

Voici la lettre adressée par la Coordination Européenne de la Marche Mondiale des Femmes au Président de la République polonaise et au Premier ministre.

Vous pouvez vous en inspirer et leur écrire à l'adresse de l'ambassade de votre pays

( en France : 1 rue Talleyrand 75007 Paris)
« Monsieur,
Les droits des femmes font partie des droits humains fondamentaux. Le droit à disposer de leurs corps en fait aussi partie. Nous sommes indignées par les conditions dramatiques auxquelles sont soumises les femmes polonaises qui veulent exercer ce droit. Nous nous permettons de vous rappeler que le Conseil des Droits Humains des Nations Unies et l’Union Européenne sont intervenus en ce sens dès octobre 2004 puis en 2005.
Le droit à l’interruption volontaire de grossesse doit être garanti à toutes les femmes polonaises sans restriction, de même que l’accès à des moyens de contraception gratuits et remboursés. Nous vous demandons donc instamment de rejeter les demandes de modifications de la Constitution polonaise proposée dans le sens d’une "protection de la vie humaine dès sa conception", et d’ouvrer pour une légalisation du droit à l’IVG dans les meilleurs conditions. »

Réseau "Encore féministes !"
Maison des femmes, 163 rue de Charenton 75012 Paris
site : http://encorefeministes.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pologne : Femmes, église catholique et avortement   Mar 7 Nov - 14:08

Ce 4 novembre, nous étions une centaine à protester contre le retour à l'ordre moral en Pologne : de l'alliance d'une gouvernance d'extrême droite avec un catholicisme revigoré, résulte aujourd'hui la suppression effective du droit à l'avortement pour les femmes polonaises.
Pendant que celles-ci manifestaient à Varsovie, nous avons voulu témoigner de notre solidarité militante : reconnaissance du droit universel de disposer librement de son corps, accès à la contraception et à l'IVG libre et gratuit.
L'UFAL a su rappeler que les forces laïques et féministes disent non à une Europe chrétienne, que les résurgences religieuses traditionnalistes, qu'elles viennent de l'islam ou de la chrétienté, ne pourront faire renoncer les femmes aux luttes menées depuis des décennies pour la légitime égalité de droits.
Les différentes organisations présentes ont dénoncé une Pologne sexiste et également homophobe. Solidaires des polonaises, nous le sommes aussi des portugaises, des irlandaises, de toutes celles qui - comme en Andorre également - sont privées de la libre décision de mener à bien ou pas une grossesse. L'UFAL a su mettre en avant la laïcité, seul principe à pouvoir s'opposer efficacement aux tentatives hégémoniques des religions dans la sphère publique et dans le système politico-juridique des nations.
En Pologne comme aux Etat-Unis, le pouvoir religieux est à l'oeuvre avec les néolibéraux pour saper les droits acquis par les femmes.
A l'heure où en France, l'islam politique s'invite dans les hôpitaux pour y imposer le principe de non-mixité, a tenté d'imposer le port du voile dans les écoles et les administrations, à l'heure où le vatican réitère son intransigeance sur le droit à la contraception et à l'IVG, les femmes ont plus que jamais besoin de l'appui politique des forces laïques de gauche : les candidats aux prochaines élections présidentielles françaises sauront-ils enfin prendre position sur la laïcité, fondement de la République ? Nous n'aurons de cesse de les interpeler sur cette question majeure.

Jocelyne Clarke



(...Elections, piège à cons, ne l'oublions pas...

bien frat.

Véro)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Avortement - Les femmes polonaises brisent le silence...   Mar 21 Nov - 18:33

Les femmes polonaises brisent le silence ! Elles exigent l’avortement légal !

Environ 60 personnes ont manifesté le 14 novembre devant le Parlement Polonais à Varsovie exigeant l'abrogation de la loi anti-avortement. En présence des médias, une dizaine de femmes tenait des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "J'ai avorté". Les organisatrices ont annoncé que ces manifestations auront lieu toutes les semaines.

L'objectif principal de ce rassemblement était un "coming out" collectif afin que les femmes puissent enfin reconnaître publiquement avoir avorté. Ce type d'action a déjà eu lieu dans les années 70 dans des pays comme la France ou l'Allemagne. Le collectif "Pro Choice 2006" qui organise cette action espère que le tabou sera également brisé en Pologne et que des personnalités connues auront le courage de dire à voix haute "j'ai avorté". En France, par exemple, des personnalités telles que Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Marguerite Duras, Françoise Sagan et Marina Vlady et en Allemagne Romy Schneider ont eu ce courage alors qu'elles risquaient 3 ans de prison.

L'animatrice du rassemblement, Katarzyna Bratkowska, de l'Entente des Femmes du 8 mars et du Comité d'Aide au Salariés Victimes de Répression KPiORP a déclaré qu'en Pologne, la seule personne qui a reconnu publiquement avoir interrompu une grossesse (à la télévision publique le 24 octobre dernier) était Wanda Nowicka, la présidente de la Fédération du Planning Familial polonais et candidate à la municipalité de Varsovie sur la liste du Parti Polonais du Travail.

Avant cette événement, les seules à parler ouvertement d'une IVG ont été Nina Andrycz et l'écrivaine Anna Bojarska. Ewa Dabrowska-Szulc, présidente de l'association Pro Femina, n'a jamais caché avoir vécu une IVG et l'a reconnu publiquement à la manifestation du 4 novembre pour le droit à l'avortement. L'écrivaine Hanna Samson a également participé à cette manifestation ou elle a tenu par solidarité, une pancarte "J'ai avorté".

Au cours de la manifestation, Irena Komorowska, responsable syndicale, présidente de l'Union des Travailleurs des Services de Santé et militante du Comité d'aide aux Salariés KPiORP a raconté aux journalistes présents comment elle avait vécu un avortement du temps de la République Populaire de Pologne : "J'étais infirmière, j'avais déjà deux enfants et je savais que je ne pouvais pas me permettre d'en avoir d'autres. Je devais être responsable. Comme l'avortement était alors gratuit, le plus simplement du monde je suis allée à l'hôpital de la rue Karowa et j'ai avorté en toute sécurité, dans des conditions normales, sans peur et sans honte. Toutes les femmes en Pologne doivent aujourd'hui avoir la même possibilité que moi à l'époque".

"Nous sommes venues ici pour briser ce silence qui est l'effet de l'angoisse et de la terreur causée par la propagande anti-avortement des 15 dernières années. Ces femmes désignées comme "criminelles", ces femmes auxquelles on dénie le droit de décider de leur vie et de vivre selon leur conscience, elles sont des millions.

Le silence de ces femmes célèbres qui en privé déclarent avoir avorté est la meilleure preuve de cette peur, mais la peur n'est pas un consentement. Aujourd'hui nous sommes rassemblées pour ensemble dire "Oui, j'ai avorté". Comme les Françaises et les Allemandes et les femmes d'autres pays nous refusons les lois piétinant les libertés fondamentales des femmes. Aujourd'hui, seule 20% des femmes en Pologne est libre. Ce sont celles qui peuvent payer une IVG clandestine. Toutes les autres sont condamnées à accoucher d'enfants non désirés ou à avorter seules, dans des conditions dangereuses pour leur vie et leur santé. Nous exigeons l'éducation sexuelle, l'accès universel à la contraception et l'avortement libre et gratuit !" - tel fut le discours prononcé par Katarzyna Bratkowska au cours de la manifestation.

Les manifestants ont souligné que contrairement à ce que disent les médias la loi anti-avortement n'est pas un compromis mais l'effet des pressions de l'Eglise catholique. Dans les années 90 les élites politiques issus de la dissidence anti-communiste avaient décidé de faire ce cadeau à l'Eglise en remerciement pour son soutien. Quand la "pseudo-gauche" social-libérale de l'Union de Gauche Démocratique a pris le pouvoir, malgré les promesses électorales, les politiciens issus de ce mouvement ainsi que les médias tels que "Gazeta Wyborcza" ont vendu les droits des femmes en échange du soutien de l'Eglise catholique à l'entrée de la Pologne dans l'Union Européenne.

"Nous sommes ici aujourd'hui parce que nous avons décidé de dire stop à l'hypocrisie qui règne dans ce bâtiment" - continuait Irena Komorowska en désignant le Parlement. "L'interdiction de l'avortement c'est avant tout l'enfer pour les femmes pauvres, les chômeuses et celles qui ont déjà une famille nombreuse et ne peuvent pas se permettre d'élever un enfant de plus. Elles n'ont pas de quoi payer un avortement clandestin. Seules les femmes riches, comme les épouses et les maîtresses de messieurs les politiciens qui luttent avec tant d'acharnement pour la "protection de la vie", peuvent se permettre un avortement. Tout simplement, elles montent dans une voiture, vont à l'étranger et peuvent avorter en toute sécurité et légalité. Je ne veux pas que ces politiciens décident de la vie de ma fille et de ma petite-fille. Nous devons dire NON à cette loi restrictive qui cause la souffrance de tant de femmes. " - conclua Komorowska.

"En France ce ne sont pas seulement les femmes qui ont dénoncé l'interdiction de l'avortement. En 1971 300 médecins français ont reconnu avoir pratiqué des avortements. Ils risquaient alors de perdre le droit l'exercer leur métier et d'aller en prison et malgré cela ils ont exigé la légalisation de l'avortement pour les femmes." - rappela Bratkowska. "En Occident c'est grâce à ce genre d'action et à leur courage que les femmes ont obtenu le droit à l'avortement et elles commémore cette journée comme une fête, la fête de la Liberté. Et nous aussi, nous voulons commencer la fête. La Fête du Courage. Nous brisons le silence !".

Merci à toutes et à tous

traduit du Polonais par Monika Karbowska
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pologne : Femmes, église catholique et avortement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pologne : Femmes, église catholique et avortement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti - Social : Rapatriement des haïtiens de Santiago à partir du 6 janvier
» La hiérarchie de l'Eglise aristotélicienne
» L'église Catholique et la campagne d'Alphabétisation.
» [Vie Quotidienne] Les femmes au Moyen Âge
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: MOTIF Libertaire :: Actualités Libertaires :: Manifestations-
Sauter vers: