Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Libérons la mariée!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Libérons la mariée!   Lun 18 Sep - 12:12

Libérons la mariée !

Je me souviens de la manifestation du 20 novembre 1971 en faveur de la liberté de l’avortement et de la contraception, quand nous avons croisé un mariage et que le FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) s’est rué dans l’église Saint-Ambroise aux cris de "Libérez la mariée". Trente ans plus tard, une grande partie du mouvement homosexuel réclame le mariage. Quelle ironie de l’histoire ! Comment est-on parvenu à faire du mariage la référence égalitariste entre homosexuel(le)s et hétérosexuel(le)s, c’est, je crois, le grand mystère d’une époque arrivée à un tel degré de normalisation planétaire que ce qui était hier une aliénation pour les femmes, est devenu aujourd’hui un statut enviable pour les gays. Je dis les gays, car vous aurez remarqué qu’il est surtout question du "mariage gay", comme si les lesbiennes n’existaient pas et comme si tous les homosexuels étaient d’accord entre eux.

L’utilisation quasi exclusive de l’expression "mariage gay" par la presse devrait déjà être suspecte. D’un côté on nous parle de démarche égalitaire entre "hétéros" et "homos" et de l’autre on prend les gays comme modèle référentiel des lesbiennes. Avouez que le "mariage gay" nous ramène au mariage d’autrefois où l’homme parlait au nom du couple tandis que la femme se taisait. Évidemment, il s’agit de se marier entre hommes, cette fois-ci, mais dans un contexte symbolique qui est un véritable retour en arrière. Si l’idée de "mariage gay" constitue une indéniable évolution sur le plan juridique, sur le plan symbolique il reconduit une idéologie et une structure patriarcales que les femmes ont subie pendant longtemps jusqu’à parvenir à s’en libérer dans le sillage du Mouvement de Libération des Femmes. C’est là même où la logique juridique à visée égalitaire se heurte à une logique symbolique qui n’a pas changé.

Le problème auquel sont confrontées les femmes, en tant qu’héritières d’une histoire et personnes vivant dans une société modelée par la conscience patriarcale, est le décalage entre une revendication de mariage qui paraît d’une logique confondante : on veut avoir le choix de se marier ou de pas me marier" disent les partisans du mariage homosexuel, et la symbolique phallique dans laquelle est prise une telle revendication. Le mariage homosexuel est un mariage gay. Pas un mariage lesbien. De plus, il reconduit l’inégalité symbolique entre les sexes. Les femmes comptent toujours pour du beurre. Le débat a lieu sans les femmes et entre hommes politiques. Les même qui, cinq ans plus tôt, se détournaient de la question où votaient en faveur d’un Pacs qu’ils savaient mal fait, injuste et injurieux pour les homosexuels puisque ces derniers devaient attendre trois ans avant de pouvoir bénéficier des droits acquis. Va-t-on continuer cette fuite en avant vers une normalisation générale des statuts qui ne profite qu’aux dominants. L’exemple de la mondialisation devrait nous faire réfléchir avec sa façon d’imposer à tous des standards de développement économique qui renforcent le poids des plus forts.

En effet, on prend pour norme d’intégration des homosexuels dans la Cité le modèle hétérosexuel. Autant dire le modèle masculin puisque le mariage a été conçu, structuré et imposé par les hommes. Ce n’est que tout récemment qu’il est devenu un cadre supportable pour les femmes, et encore, cette évolution positive n’a pas sauvé pour autant le mariage puisque la moitié des naissances ont lieu hors mariage. Il est évident que ce modèle est caduc. Parce que nous vivons plus longtemps, que la conception du couple et de la famille a changé. Et parce que les femmes ont conquis leur autonomie (relative) et n’ont plus besoin d’être protégées par leur mari. Les lois sont faites pour ça.

Les hommes n’ont pas connu l’aliénation du mariage et on comprend que le "mariage gay" n’ait pour eux que des avantages. Mais que signifie-t-il ? Mystère ! Quid de la fidélité, du nom, de la protection du plus faible et autres engagements "pour le meilleur et pour le pire" que tout mariage implique. On nous présente une image idyllique de la chose, sorte de paradis enchanté à la Disneyland tellement coupé de la réalité vécue qu’on frémit devant une telle schizophrénie. A moins que le débat sur le "mariage gay" ne fasse écran à l’indigence spirituelle de notre époque.

Est-il vraiment nécessaire de se marier pour rétablir la justice citoyenne entre les homos et les hétéros.

Prenons l’exemple de l’héritage. Pourquoi ne pas réformer le régime des successions en permettant à chacun - célibataire, concubin ou marié - de léguer tout ou partie de ses biens à la personne de son choix au tarif consenti aux gens mariés. C’est une réforme fiscale facile à faire, une mesure de justice sociale entre les célibataires et les gens mariés et une vraie réforme de la notion même d’héritage qui s’ouvrirait ainsi aux évolutions conscientes de notre monde en mettant les célibataires et les gens mariés sur un vrai pied d’égalité dans la transmission de leur patrimoine.

De même pour d’autres domaines (déclaration d’impôts, Sécurité Sociale, adoption, soutien des plus faibles, etc.) qui peuvent très bien se résoudre dans le cadre du Pacs, voire de l’union libre. A condition d’ouvrir à cette dernière de vrais droits. Personnellement, je serais pour l’abandon du Pacs qui est une solution boiteuse et à la symbolique nulle puisque le mot ne signifie rien. Union libre a un sens. De même les mots concubinage, partenariat... La langue française est assez riche pour trouver un mot qui remplisse une fonction symbolisante tout en ouvrant un nouveau statut. C’est de fonction symbolisante dont manquent les homosexuels qui ont été longtemps réduits à la seule sexualité. Mais ce n’est pas en rentrant dans une norme qui n’a pas été conçue pour nous que nous y parviendrons. La norme uniformise. Elle aliène et produit des comportements stéréotypés dommageables pour la diversité humaine. Au lieu de produire de l’égalité, elle produit de l’identique, de la pensée unique. Or il faut cesser de concevoir l’égalité sur le mode de l’identité. Pour que a soit égal à b, il ne doit pas devenir identique à b mais rester différent.

Quand on voit l’impossibilité dans laquelle nous avons été placés de discuter de ces problèmes publiquement, on se demande si le "mariage gay" ne s’inscrit pas dans une stratégie de prise de pouvoir, plutôt que dans un processus de reconnaissance des singularités amoureuses. Peut-être faut-il admettre que le désir gay est orienté vers son institutionnalisation à la différence du désir lesbien ou plus globalement de celui des femmes rebelles, qui aspire à la transformation de nos sociétés. Il faut dire aussi que n’ayant pas de place dans la Cité, les lesbiennes ne peuvent que désirer autre chose... Pas le mariage, en tout cas, dont les vertus d’autonomisation des femmes restent à démontrer. Quand au Pacs, considéré comme un progrès, son effet a été quasi nul sur la visibilité des lesbiennes et la circulation de la parole des femmes dans la Cité. Il y a quatre ans, je m’interrogeais dans Les Deux Amies pour savoir si "l’institutionnalisation du couple homosexuel revendiquée par le mouvement gay constituait une révolution symbolique ou un remodelage de l’ordre masculin" (Ed. Blanche, 2000, p. 295). A voir comme les hommes politiques se sont emparés du sujet sans consulter les femmes, et à contre-courant de l’évolution globale des comportements face au mariage et au couple, j’ai bien peur de répondre par la deuxième hypothèse. Le "mariage gay" n’est-il pas la conclusion logique de deux siècles d’exclusion des femmes du droit de cité ?


Marie-Jo Bonnet, Historienne, écrivaine
auteure de Qu’est-ce qu’une femme désire quand elle désire une femme ?, Odile Jacob
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolet satan
champipi foutrement mécréant!
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 62
Localisation : Waremme, belgitude
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Re: Libérons la mariée!   Lun 18 Sep - 21:11

Le mariage, qu'il soit homo ou hétéro, n'est jamais qu'une institution bourgeoise... vive l'union libre !

_________________
L'anarchie est la forme la plus élevée de l'ordre (Elisée Reclus)
...car c'est l'ordre sans le pouvoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dynamicbb.forumculture.net
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Libérons la mariée!   Lun 18 Sep - 23:30

Yeh up!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libérons la mariée!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Libérons la mariée!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libérons les otages ! [Rang B - On']
» Les dix commandements du libéralisme mondialisé . ERICQ PIERRE PAS LADAN !
» Libéralisation et production agricole : le riz en Haiti
» Libéralisation agricole : éviter les erreurs du passé!
» Libération donne des leçons de déontologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: Tout ce qui vous passe par la tête...ou même ailleurs...-
Sauter vers: