Bolet Satan et Compagnie...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques p'tits mots en passant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.



Nombre de messages : 1102
Localisation : Ici et là
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Quelques p'tits mots en passant...   Ven 30 Déc - 10:47

Le bonheur consiste à avoir beaucoup de passions et beaucoup de moyens de
les satisfaire.
Fourier


Il n'est pas vrai que ceux-là puissent aimer les hommes qui aiment encore
les choses pour lesquelles les hommes se haïssent et se tuent. Comment
répandrais-je autour de moi le bonheur et la sérénité avant de les posséder
moi-même ? Comment me donnerais-je avant de m'être débarassé de mes chaînes
?
Han Ryner


L'essentiel est de conserver intacte sa personnalité, malgré les limites
imposées, et, confondu avec les brutes, de ne pas être une brute.
Gérard de Lacaze-Duthiers


L'avidité, le désir de dominer, la paresse, la niaiserie, la crainte : ils
ont tous un intérêt dans la cause de la vertu ; c'est pourquoi elle est
inébranlable.
Nietzche


Mais les devoirs qu'exige de toi la société ?
- Les devoirs, en ai-je contracté envers elle, parce qu'elle m'a tiré du
sein de la nature quand je n'avais ni la volonté d'y consentir, ni la raison
de m'en défendre, ni la puissance de m'y opposer, et qu'elle m'a élevé au
milieu de ses besoins et de ses préjugés ?
Ugo Foscolo, Lettres de Jacques Ortis (Traduction Amex. Dumas)


La nature vise toujours à l'emploi complet des facultés et des aptitudes de
tout organisme, donc à son usure, donc à sa destruction. L'usure ou la
consommation, c'est la fin de l'économie naturelle.
E. Armand


Plus j'observe le milieu social, la production, le travail... plus je crois
avec Proudhon que la Justice, l'Equité, importent davantage que l'Egalité,
plus j'estime supérieure aux formules du communisme celle-ci : A l'individu
selon son effort, plus je crois nécessaire la notion de responsabilité
économique et l'autonomie économique poussée à ses limites extrêmes.
Liberté ne peut signifier bon plaisir, car alors le premier venu, sous
prétexte qu'il exerce sa liberté, peut me frapper, me dépouiller du fruit de
mon effort. Avant de passer contrat, l'individu est libre vis-à-vis de ses
futurs associés ; après l'acceptation des termes du contrat, l'individu est
lié, tout au moins en ce qui concerne les objets spécifiés, dans
l'engagement pris... Celui qui ne veut plus le respecter est libre de
rompre, mais non d'altérer les termes d'obligations qu'il a acceptés sans
contrainte ni suggestion.
Etre sociable, cela n'implique pas être social, car la société dans laquelle
nous vivons ne ressemble pas à l'Asociation Contractuelle, seule capable de
garantirl'individu contre la tyrannie de quelques-uns ou du tout, véritable
mise en appplication de la sociabilité sans duperie ni mensonge.
Pierre Chardon


L'individualisme anarchiste n'a d'ennemis que ceux qui l'ignorent. Les
individualistes, en effet, veulent supprimer de leur propre existence et
bannir de leurs rapports avec autrui toutes les formes de la domination et
de l'exploitation.
Je ne fréquente pas les maisons où l'on compte l'argenterie morale quand
j'ai quitté la salle à manger. Ou recevez-moi tel que je suis, moi et mes
conséquences, ou ne m'invitez pas.
Les termes bien et mal, vertu et vice sont de pures conventions. Les
actions, les faits, les gestes que nous
accomplissons ou subissons nous sont individuellement utiles ou nuisibles,
profitables ou désavantageux, agréables ou déplaisants ; ils nous procurent
jouissance ou souffrance. Rien de plus, rien de moins.
E. Armand




Qu'on prostitue son cerveau, ses bras ou son bas-ventre, c'est toujours la
prostitution et l'esclavage.

Ceux qui bâtissent les palais vivent dans les chaumières : ceux qui
contruisent les hôtels en habitent les mansardes. Réfléchissons.

Salarié ou voleur, commerçant ou faux-monnayeur, il n'y a que des nuances
entre ces professions.

L'autorité, voilà l'ennemi. Or, on ne connait l'autorité que par ceux qui la
représentent : les policiers, les magistrats, les geôliers, les bourreaux,
tous ceux qui ont le pouvoir de priver de la liberté ou d'enlever la vie.

Le prêtre, le juge et le soldat sont les souteneurs d'une association dont
les bénéfices vont aux fainéants et les pertes aux producteurs.

Le salariat est une autre forme de l'esclavage.

Pour connaître véritablement la liberté, il faut développer l'homme jusqu'à
ce que nulle autorité n'ait possibilité d'être.



(Citations tirées du "Grenier des insoumis")
http://perso.wanadoo.fr/Tresors.Oublies/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolet satan
champipi foutrement mécréant!
avatar

Nombre de messages : 535
Age : 62
Localisation : Waremme, belgitude
Date d'inscription : 05/09/2005

MessageSujet: Re: Quelques p'tits mots en passant...   Ven 30 Déc - 18:15

"Je vous remercie Madame, mais votre Dieu est vraiment trop du côté des versaillais."
(Louise Michel / 1830-1905 / à une femme lui apportant les secours de Dieu dans sa prison à Versailles)

"Sans l'autorité d'un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L'autorité d'un seul, c'est un crime."
(Louise Michel / 1830-1905 / Extrait d'une Plaidoirie - 22 Juin 1883)

"Dans les couvents où [la femme] se cache, l'ignorance l'étreint, les règlements la prennent dans leur engrenage, broyant son coeur et son cerveau."
(Louise Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter."
(Louise Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"Les religions se dissipent au souffle du vent et nous sommes désormais les seuls maîtres de nos destinées."
(Louise = Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"Tant que les études n'auront pas une méthode encyclopédique de manière à élargir l'horizon au lieu de le restreindre, il se joindra à tous les obstacles de la pauvreté qui entravèrent le vieux maître d'école, les obstacles du préjugé qui fait craindre ce qui ne fait pas partie du coin exploré."
(Louise Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"Ce n'est pas une miette de pain, c'est la moisson du monde entier qu'il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité."
(Louise Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"Vous cherchez le bonheur, pauvres fous ? Passez votre chemin : le bonheur n'est nulle part."
(Louise Michel / 1830-1905 / Mémoires / 1886)

"Ce n'est pas pour le reconstituer sur la terre qu'on a détruit l'enfer d'outre-vie ; détruit, le jour où l'on a eu conscience qu'il serait monstrueux, ce Dieu éternellement bourreau, qui, pouvant mettre partout la justice, laisserait le monde se débattre à jamais dans tous les désespoirs, dans toutes les horreurs ; et en même temps que l'enfer des religions s'écroulent les enfers terrestres avec les amorces de récompenses égoïstes qui n'engendrent que corruption."
(Louise Michel / 1830-1905 / L'ère nouvelle - Pensée dernière - Souvenirs de Calédonie (chant des captifs) / 1887)

"Toujours ceux qui s'attaquèrent aux dieux et aux rois furent brisés dans la lutte ; pourtant les dieux sont tombés, les rois tombent, et bientôt se vérifieront les paroles de Blanqui : "Ni Dieu ni maître !""
(Louise Michel / 1830-1905 / L'ère nouvelle - Pensée dernière - Souvenirs de Calédonie (chant des captifs) / 1887)

"Le laurier du poète est souvent un cyprès."
(Louise Michel / 1830-1905 / A travers la vie et la mort)

"On ne peut pas tuer l'idée à coup de canon ni lui mettre les poucettes [menottes]."
(Louise Michel / 1830-1905)

"Je suis ambitieuse pour l'humanité ; moi je voudrais que tout le monde fût artiste, assez poète pour que la vanité humaine disparût."
(Louise Michel / 1830-1905)

"Chacun cherche sa route ; nous cherchons la nôtre et nous pensons que le jour où le règne de la liberté et de l'égalité sera arrivé, le genre humain sera heureux."
(Louise Michel / 1830-1905)

"Si un pouvoir quelconque pouvait faire quelque chose, c'était bien la Commune composée d'hommes d'intelligence, de courage, d'une incroyable honnêteté et qui avaient donné d'incontestables preuves de dévouement et d'énergie. Le pouvoir les annihila, ne leur laissant plus d'implacable volonté que pour le sacrifice. C'est que le pouvoir est maudit et c'est pour cela que je suis anarchiste".
(Louise Michel / 1830-1905)

_________________
L'anarchie est la forme la plus élevée de l'ordre (Elisée Reclus)
...car c'est l'ordre sans le pouvoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dynamicbb.forumculture.net
 
Quelques p'tits mots en passant...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques mots couchés sur le papier. Ni plus ni moins.
» L'histoire en quatre mots
» Des mots (à deux)
» Au delà des mots...
» les mots par joelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bolet Satan et Compagnie... :: MOTIF Libertaire :: MOTIF Anarchiste :: Citations Libertaires-
Sauter vers: